Prévisions pour le 18 Octobre 2018

 Adrar Min 17 °C Max 28 °C
32
 Laghouat Min 11 °C Max 20 °C
32
 Batna Min 11 °C Max 18 °C
11
 Biskra Min 17 °C Max 26 °C
30
 Tamanrasset Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 9 °C Max 22 °C
11
 Alger Min 16 °C Max 22 °C
11
 Saïda Min 8 °C Max 24 °C
12
 Annaba Min 17 °C Max 21 °C
47
 Mascara Min 12 °C Max 22 °C
39
 Ouargla Min 15 °C Max 26 °C
32
 Oran Min 16 °C Max 25 °C
39
 Illizi Min 19 °C Max 33 °C
32
 Tindouf Min 16 °C Max 30 °C
30
 Khenchela Min 10 °C Max 16 °C
11
 Mila Min 14 °C Max 18 °C
11
 Ghardaïa Min 13 °C Max 23 °C
32
Accueil |Nationale |

L'ASSOCIATION ALGÉRIENNE DES MÉDIATEURS A RÉUNI SES MEMBRES

La Réconciliation nationale comme repère

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Cette réconciliation comme dimension politique et instrument pour la résorption des conflits menaçant la stabilité et la quiétude même du pays est vue comme moyen adéquat pour résoudre et endiguer les problèmes et les litiges qui alourdissent le travail de la justice.

Le président de l'Association algérienne des médiateurs Maître Ali Boukhelkhal a réuni les représentants régionaux de la médiation au niveau de son siège national. La rencontre était fructueuse dans la mesure où le président Ali Boukhelkhal s'est attelé a énumérer les vertus et l'expérience de la mission de médiation depuis sa mise en oeuvre «grâce à la volonté politique du président de la République Abdelaziz Bouteflika et sa détermination qui s'est achevée par la réforme de l'appareille judiciaire en 2003 et la création de ce rôle qui n'est pas des moindres quant au règlement des conflits et assurer la tâche de la médiation comme élément clé dans la consécration de la paix civile et le climat de la réconciliation au sein de la société algérienne et dans le monde», a martelé Ali Boukhelkhal, président de l'Association algérienne des médiateurs. Dans le même sillage, le président de l'Association des médiateurs a envoyé un message fort à l'adresse du président de la République qui «par ses efforts et son travail oeuvrant dans le sens de la paix civile et la Réconciliation nationale a pu redonner de l'espoir et la stabilité au pays. C'est grâce au président et à sa proposition au niveau des Nations unies que le 16 mai est devenu une Journée internationale pour le vivre ensemble dans la paix», a mentionné Ali Boukhelkhal. Pour le président de l'Association algérienne des médiateurs, la paix civile et la Réconciliation nationale «sont devenues un exemple dans le monde où beaucoup de pays développés font recours à cette recette politique dont le président de la République a eu le courage et la volonté politique de l'entamer et la réussir en Algérie qui connaissait une période très dure et difficile sur le plan sécuritaire», a asséné Boukhelkhal. Cette réconciliation comme dimension politique et un instrument pour la résorption des conflits menaçant la stabilité et la quiétude même du pays est vue comme moyen adéquat pour résoudre et endiguer les problèmes et les litiges qui alourdissent le travail de la justice et de mission essentielle consistant à se consacrer aux dossiers stratégiques sur lesquels l'appareil judiciaire est fondé, à savoir les dossiers relevant du pénal en général. La médiation est une nouvelle forme de règlement de conflits sans que la justice soit enrôlée dans des processus qui pourraient être résolues sans que la procédure judiciaire soit enclenchée. Le but de la médiation se situe à ce niveau de traitement qui a trait aux conflits familiaux et aussi de travail. Le président de l'association Ali Boukhelkhal a abordé cette question en rappelant que «il faut tirer des enseignements de la démarche du président de la République en matière de règlement de conflits sans recourir à la procédure judiciaire dans le but d'asseoir les jalons de la société qui fait de la vertu du vivre ensemble en paix une culture et une pratique pour dissiper les conflits dans le font avant de permettre à ce dernier de prendre l'ampleur d'une affaire judiciaire aux conséquences néfastes sur les concernés par le conflit», a assuré Ali Boukhelkhal.
Dans le même ordre d'idées, le président de l'Association algérienne des médiateurs a fait l'évaluation de son association qui se consacre volontairement à cette mission de la médiation en soulignant que «notre travail ne va pas substituer au rôle et à la mission de la justice, il est surtout moral et relevant de l'éthique consistant à favoriser le climat de la réconciliation et l'esprit motivant la vie en société dans la quiétude et la paix civile», a déclaré Boukhelkhal.
Dans le même registre, maître Ali Boukhelkhal s'est dit très émerveillé par l'expérience de certains pays développés dans le domaine de la médiation qui «règle presque la totalité des conflits de toute nature. Il y a maintenant même des institutions et des établissements, voire des écoles qui forment et qui apportent leur contribution dans le domaine de la médiation et aussi la formation des formateurs dans ce domaine» et d'ajouter que «l'Algérie a lancé un cycle important de la formation en partenariat avec l'Union européenne depuis février de l'année en cours pour former 900 médiateurs dans tous les domaines», a-t-il conclu.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha