Prévisions pour le 17 Novembre 2018

 Adrar Min 15 °C Max 25 °C
30
 Laghouat Min 10 °C Max 18 °C
30
 Batna Min 5 °C Max 13 °C
28
 Biskra Min 12 °C Max 18 °C
12
 Tamanrasset Min 13 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 12 °C Max 18 °C
30
 Saïda Min 7 °C Max 15 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 18 °C
47
 Mascara Min 10 °C Max 17 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 16 °C
12
 Oran Min 12 °C Max 20 °C
30
 Illizi Min 18 °C Max 24 °C
30
 Tindouf Min 10 °C Max 22 °C
28
 Khenchela Min 6 °C Max 13 °C
28
 Mila Min 10 °C Max 17 °C
28
 Ghardaïa Min 11 °C Max 18 °C
28
Accueil |Nationale |

35% DES CANCERS SONT CAUSÉS PAR LE TABAC

Mortelle cigarette

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La loi sera plus dureLa loi sera plus dure

La nouvelle loi sur la santé prévoit plusieurs mesures d'intensification de la prévention et la lutte contre le tabagisme.

Le tabagisme est la cause de quelque 15 000 décès par an en Algérie, et 35% des cancers diagnostiqués sont causés par le tabac qui est également la source de maladies cardiovasculaires, respiratoires et infectieuses.
Face à cette calamité, les pouvoirs publics ne restent pas inactifs comme par exemple l'aide au sevrage qu'ils pourvoient au sein des structures sanitaires qui assurent des activités psychopédagogiques.
Ainsi, la loi sur la santé, adoptée le 30 avril dernier par l'Assemblée populaire nationale (APN), prévoit plusieurs mesures d'intensification de la prévention et la lutte contre le tabagisme, dans le but de protéger et préserver la santé de la population, et par là réduire les énormes dépenses de soins qui en découlent.
Il est énoncé que les services de santé, en collaboration avec les secteurs concernés, élaborent et mettent en place les programmes de prévention et de lutte contre le tabagisme.
Sont considérés comme produits du tabac, ceux destinés à être fumés, prisés, chiqués, mâchés ou sucés lorsqu'ils sont, même partiellement, constitués de tabac.
La loi adoptée introduit ainsi de nouvelles dispositions pénales à l'encontre des contrevenants. Toute promotion, parrainage ou publicité en faveur des produits du tabac est interdite stipule un article qui consacre une dizaine de mentions destinées à la prévention et la lutte contre le tabagisme. Quiconque contrevient à cette interdiction est puni d'une amende de 500 000 à
1 000 000 DA, selon les dispositions pénales de ce texte de loi qui sera voté aujourd'hui au Conseil de la nation, en vue de son application.
En matière de prévention et de sensibilisation, le texte prescrit par ailleurs que la commercialisation des produits du tabac est subordonnée à l'apposition, sur la partie la plus visible de l'emballage et en grands caractères, d'un avertissement général portant la mention suivante: «La consommation du tabac est nocive pour la santé». Pour les paquets de cigarettes, en plus de la mise en garde générale, un avertissement spécifique, des dessins ou des pictogrammes émanant de l'autorité sanitaire, doivent figurer sur l'autre grande face du paquet. En plus des recommandations sanitaires prévues, toutes les formes de conditionnement et d'étiquetage des produits du tabac doivent porter des «indications sur les principaux constituants toxiques et leurs émissions». Les fabricants et importateurs de produits du tabac sont tenus de communiquer toutes les informations relatives à la composition et aux émissions des produits du tabac aux autorités compétentes qui doivent opérer les vérifications nécessaires conformément aux critères et normes établis. Tout contrevenant aux dispositions des différents articles inhérents à la consommation de tabac, est puni d'un emprisonnement de six mois à une année accompagné d'une amende de 500 000 à 1 000 000 DA. En cas de récidive, l'amende est portée au double.
L'article cité mentionne qu'il est «interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif ou accueillant du public», les modalités d'application de cet article seront fixées par voie réglementaire. De plus, la vente de tabac ou produits du tabac aux mineurs est interdite.
Le contrevenant aux dispositions de l'article 58 s'expose à une amende de 2 000 à 5 000 DA, alors que pour l'article 59 il est passible d'une amende de 200 000 DA à 400 000 DA et en cas de récidive, l'amende est portée au double.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha