Accueil |Nationale |

LA GESTION DES DÉCHETS CAPTE L'INTÉRÊT DES ÉTUDIANTS

Le tri sélectif: un mémoire de master 2

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le tri sélectif: un mémoire de master 2

Leur travail dans la résidence Tilelli collait avec le thème qu'elles ont choisi pour soutenir leur mémoire qui est justement l'accompagnement des habitants de cette cité afin de passer au tri sélectif pour une gestion durable des déchets ménagers.

Les étudiants et étudiantes de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou s'investissent désormais dans l'effort de l'Etat visant la protection de l'environnement et l'amélioration des techniques de gestion de ce volet dans les quartiers et les villages. Un exemple de cette implication sur le terrain a été brillamment donné par Amel Djezzar et Fatima Helali, deux étudiantes en biologie master 2, spécialisées dans la protection des écosystèmes.
Leur travail de mémoire, chose nouvelle, a été effectué sur le terrain par une implication directe dans un quartier de la ville de Tizi Ouzou durant tout le processus. Leur travail dans la résidence Tilelli collait avec le thème qu'elles ont choisi afin de soutenir leur mémoire qui est justement l'accompagnement des habitants de cette cité pour passer au tri sélectif pour une gestion durable des déchets ménagers. Leur travail sur le terrain visait ainsi à participer à l'effort collectif de passage à ce procédé moderne de gestion des déchets, à tous les niveaux.
En effet, la mission des deux étudiants, en plus d'élaborer un mémoire de fin d'études, consistait à être des acteurs actifs dans cette politique de gestion de ce créneau. D'ailleurs, une méthodologie de travail spéciale a été nécessaire pour parvenir à cet objectif novateur au sein de l'université de Tizi Ouzou. La tâche a été divisée en deux parties. La première se résumait à la sensibilisation des habitants par de nombreuses activités. Les deux étudiantes sont allées faire le porte-à-porte pour parler aux femmes ainsi qu'à un autre travail à l'école primaire où étudient les enfants.
Le travail de sensibilisation a également concerné les sportifs afin d'être clôturé par une émission diffusée par radio Tizi Ouzou. La seconde partie, elle, traduit en fait la volonté de l'Etat d'impliquer l'université dans cet effort de passage vers une ville où l'environnement est un élément clé. Les deux étudiantes, après avoir opéré auprès des habitants, se sont mises à travailler en partenariat avec les acteurs institutionnels. Amel Djezzar et Fatima Helali ont tenu des réunions avec les élus des deux Assemblées populaires communales et de wilaya de Tizi Ouzou. L'objet était la gestion des déchets ménagers à travers les différents quartiers de la commune de Tizi Ouzou. A l'évidence, cette gestion implique aussi les directions de l'environnement, l'Agence nationale des déchets ainsi que Epic Codem. Enfin, nos deux brillantes étudiantes, par leur travail sur le terrain, aident les pouvoirs publics à améliorer la gestion de ce secteur.
C'est d'ailleurs l'objectif recherché par l'implication de l'université et des étudiants qui ont beaucoup à apporter dans le développement de notre pays. L'implication de l'université est un facteur qui rassure sur l'avenir d'un pays. La qualité de toute politique de développement ne peut être atteinte que si l'université s'implique et c'est tant mieux que Amel et Fatima soient là aux côtés des habitants de la résidence Tilelli.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha