IL A FINANCÉ LEUR CONSTRUCTION À LAKHDARIA ET BOUIRA

Polémique autour des mosquées d'El Boucher

Kamel Chikhi dit El Boucher
Kamel Chikhi dit El Boucher

Réuni en session ordinaire depuis dimanche dernier, «le Conseil supérieur de la magistrature(CSM) a radié deux magistrats, présumés impliqués dans l'une des affaires de Kamel Chikhi».

Polémique autour des mosquées qui seraient construites avec les dons de Kamel Chikhi alias El Boucher, principal accusé dans l'affaire de 701 kg de cocaïne saisis au port d' Oran. L'ancien conseiller au ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, Adda Fellahi a jeté un pavé dans la mare. Il a déclaré hier à TSA, que «la récente décision du ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, relative à la suspension du renouvellement des comités de mosquées est directement liée à l'affaire de Kamel Chikhi dit El Boucher». Ce dernier «a parrainé la construction et la réhabilitation de plusieurs mosquées, notamment à Bouira», a indiqué Adda Fellahi. D'après certains sites électroniques, l'accusé principal dans l'affaire des 701 kg de cocaïne, «a sponsorisé la construction d'environ 300 mosquées, particulièrement à Lakhdaria, sa ville natale et dans d'autres quartiers et localités de la wilaya de Bouira». Ce présumé «narcotrafiquant» ne s'est pas contenté de blanchir son argent «sale» dans l'immobilier, il faisait tout pour se blanchir lui-même, «en finançant des projets de mosquées et en s'envolant aux Lieux saints de l'islam, notamment La Mecque»,indique-t-on.
Selon la même source, «des comités de mosquées ont accepté de recevoir les dons de Kamel Chikhi pour les recycler dans la construction de nouvelles mosquées». Il faut dire que comme à l'accoutumée, cet exhibitionnisme religieux est censé permettre à son auteur de se refaire une virginité. Il faut dire que l'argent sale des barons de l'informel et de la drogue est facilement blanchi, car on renonce depuis longtemps à imposer des règles de traçabilité. De ce fait, de hauts responsables et des politiques s'inquiètent de l'infiltration de l'argent sale dans la vie politique nationale et dans la sphère religieuse. Par ailleurs, réuni en session ordinaire depuis dimanche dernier, «le Conseil supérieur de la magistrature(CSM) a radié le procureur de la République de Boudouaou et son adjoint, placé sous mandat de dépôt dans le cadre de l'affaire liée à l'activité de promotion immobilière de Kamel Chikhi», ont rapporté, hier, certains quotidiens de la presse nationale, citant des sources sûres. Au total 13 magistrats ont comparu devant la commission de discipline du CSM, réunie depuis dimanche dernier, selon la même source. Le CSM a décidé la révocation de quatre d'entre eux. Les cas de deux autres magistrats mis en cause, dans le cadre de l'une des affaires El Boucher, avant d'être suspendus, n'ont pas été inscrits à l'ordre du jour de cette session. «Le CSM a aussi tranché les cas de neuf autres magistrats, dont un juge d'instruction à Oran et un procureur général adjoint à Batna, qui étaient déjà révoqués». Pour rappel, la justice algérienne a ordonné «la saisine conservatoire» du Vega Mercury pour les besoins de l'enquête. Le cargo Vega Mercury ayant servi à transporter cette énorme quantité de cocaïne, enfouie dans l'un des conteneurs de viande congelée en provenance du Brésil, affrété par la compagnie maritime MSC, «est toujours bloqué à quai, dans le port d'Oran, pour les nécessités de l'enquête», a précisé hier au quotidien El-Khabar le procureur de la République près le pôle spécialisé d'Alger (tribunal de Sidi M'hamed). La convention de 1999 sur la saisine conservatoire des navires, entrée en vigueur en 2011, a été ratifiée par plusieurs pays, dont l'Algérie, le pays où a accosté le bateau, le Liberia, où a été enregistré le bateau, et enfin l'Espagne où a transité ce navire.