VISITE DE ABDELKADER MESSAHEL EN CHINE

Alger-Pékin: sur la route de la soie...

Le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel et son homologue chinois Wang Yi
Le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel et son homologue chinois Wang Yi

Le plus intéressant dans ce qui se construit entre la Chine et l'Algérie, c'est la projection d'un nouveau plan quinquennal 2019-2023.

L'Algérie et la Chine célèbreront dans moins de cinq mois, 60 ans de relations diplomatiques. C'est dire que la Chine avait déjà vu dans le Gouvernement provisoire de la République algérienne, le représentant d'une nation en lutte pour sa reconnaissance. La Chine de Mao a, effectivement, montré un sens sans pareil de la solidarité. L'Algérie a, elle aussi, exprimé une authentique solidarité en étant aux côtés de ce grand pays dans le combat diplomatique pour occuper son siège de membre permanent de l'ONU.De fait, la relation qu'a l'Algérie avec la Chine et inversement, est très particulière. Il s'en dégage beaucoup de sincérité et de respect. Mais, 60 ans après l'établissement des liens diplomatiques et la vingtaine d'années de coopération économique tous azimuts, il devient plus qu'évident que le renforcement du partenariat algéro-chinois est certainement l'une des options stratégiques les plus justes que prendrait l'Algérie dans le futur proche. Et pour cause, en plus d'être une puissance économique de premier plan, la Chine démontre ces dernières années une maîtrise technologique de très haut niveau et, à ce titre, se pose comme un partenaire non pas simplement commercial, mais stratégique au sens plein du terme. La visite qu'effectue le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, à Pékin rappelle l'attachement mutuel, de l'Algérie et de la Chine, à donner de la profondeur à la coopération entre les deux pays. L'un des signes probants d'une volonté politique commune qui ne souffre d'aucun doute est illustrée dans l'intention d'Alger et Pékin de faire le bilan des réalisations effectuées dans le cadre du plan quinquennal 2014-2018. Plus intéressant encore dans ce qui se construit entre la Chine et l'Algérie, c'est la projection d'un nouveau plan quinquennal 2019-2023. C'est dire qu'il existe un réel intérêt mutuel à consolider des relations fondées, diplomatiquement, il y a exactement 60 ans, et promues au plan économique à un avenir manifestement brillant.
Objectivement, le partenariat algéro-chinois est une parfaite illustration du concept gagnant-gagnant. Aussi, la perspective de son développement arrange les deux pays. D'ailleurs, les ministres des Affaires étrangères, algérien et chinois, ont été aux détails de cette coopération, en ce sens qu'ils ont convenu de poursuivre «la concertation entre les deux pays pour la concrétisation des projets en cours de maturation». Le très attendu port-centre et qui couronnera l'excellence des relations algéro-chinoises était certainement en tête des projets abordés. Il faut dire également que si le port-centre peut parfaitement symboliser l'importance du partenariat entre les deux pays, à travers le prêt de 5 milliards de dollars que consentira le gouvernement chinois, il n'en est pas moins un exemple parmi tant d'autres qui ont édifié le «partenariat stratégique global algéro-chinois», initié par les présidents des deux nations en 2014. On retiendra dans ce nouvel épisode des relations entre les deux pays, la signature de trois accords portant respectivement sur les domaines des consultations politiques entre les deux pays, du tourisme et de l'exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et de service des deux pays. Dans ces trois accords, les Algériens retiendront certainement celui lié au tourisme. Il faut dire que la seule perspective d'intéresser une partie des millions de touristes chinois serait un apport considérable pour l'industrie touristique nationale naissante. Sachant qu'Alger et Pékin sont reliés par une ligne aérienne régulière, il ne reste qu'à bien vendre la destination Algérie aux touristes chinois. La visite de Messahel qui a coïncidé avec la réunion du Forum sino-arabe, a mis en évidence l'émergence de l'axe Alger-Pékin qui, visiblement, portera toute la stratégie du pays de l'Empire du Milieu dans la région Mena et dans tout le continent africain.