Prévisions pour le 22 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
32
 Laghouat Min 20 °C Max 32 °C
30
 Batna Min 13 °C Max 28 °C
34
 Biskra Min 21 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 26 °C Max 34 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 30 °C
32
 Saïda Min 18 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 29 °C
30
 Mascara Min 17 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 37 °C
12
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 27 °C Max 38 °C
34
 Tindouf Min 26 °C Max 42 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 26 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ghardaïa Min 25 °C Max 35 °C
30
Accueil |Nationale |

LA FORMATION POLITIQUE N'EST PLUS DE RIGUEUR DANS LES PARTIS

Les militants désertent les universités d'été

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Il était une fois la formation politique des jeunesIl était une fois la formation politique des jeunes

A cette époque les partis se reconnaissaient à travers leur couleur politique, ce n'était pas quelque chose qui minorait la portée ou la valeur de ces partis, bien au contraire, c'était une manière d'afficher politiquement leurs projets et leurs lignes idéologiques.

La saison estivale est une halte pour toutes les catégories sociales, mais aussi pour la classe politique. Cet «interlude» est aussi un moyen de choix pour des partis traditionnels de faire leur «mise à niveau» et leur bilan sur le plan partisan. Dans le temps il y avait ce que l'on appelait communément des écoles de partis qui ont pris après une autre connotation, à savoir l'université d'été. Cette démarche de formation politique et de pédagogie de base était un instrument idéal pour les partis pour se hisser aux exigences de la situation nationale et internationale. Que reste-t-il de ce «rituel» politique qui faisait la fierté des partis avec une identité et une personnalité politique bien nuancées et avec une démarcation sans ambages quant à sa nature idéologique claire et en matière de ligne politique en parfaite concordance avec le projet de société qui constituait la trame de fond de leur existence politique? La donne a complètement changé et les exigences ont été dévoyées de leur sillage et mission historique de parti politique où la formation a été sacrifiée sur l'autel des calculs sordides et de positionnements qui ont dépouillé la structure partisane de sa substance pédagogique et de militantisme. La vogue d'aujourd'hui sur le plan politique fait dérouter les initiés à la pratique partisane quant à la définition réelle de la formation politique et ses spécificités propres. La classe politique en général et les partis en particulier confondent pêle-mêle entre l'université d'été et l'école du parti. On assiste à un show politico-médiatique de la part de beaucoup de partis qui exhibent une certaine sémantique politique lors de ces fameuses «universités d'été» faisant plus dans la publicité, l'allégeance et le soutien par rapport à un contexte particulier que dans la pratique partisane digne de ce nom. La formation politique au sein de nos partis a perdu de sa substance, elle s'est confondue avec le folklore et le marketing occasionnel. Aujourd'hui les choses sont ce qu'elles sont sur le plan politique; l'anomie et la léthargie sont devenues le commun de la société au point que la dépolitisation s'exprime de façon saillante et manifeste avec ses conséquences que l'on constate chaque jour en termes de recul et de régression qui affectent tous les segments de la société et des institutions de l'Etat. L'absence de la formation politique au sein des partis favorise l'émergence de la prestation médiocre et mièvre sur le plan politique et le manque sidéral d'alternatives et de paradigmes qui se distinguent d'un parti à un autre sur des questions brûlantes qui concernent le pays et les défis auxquels il fait face sur tous les fronts, que ce soit national ou international. L'été est conçu comme un moment idéal pour des partis qui se respectent et qui ont une stratégie politique pour développer et approfondir le rôle qui leur sied dans la perspective d'apporter des réponses et des solutions aux problèmes et aux crises que connaît la société sur le plan politique, économique, social et culturel. C'est l'occasion pour transformer la structure partisane en véritable instrument de recherche et de formation à travers des programmes politiquo-pédagogiques à l'égard des militants et aussi les citoyens qui sont avides de cette connaissance en rapport avec les idées politiques dans l'objectif d'outiller et les militants et les citoyens qui se reconnaissent dans le choix idéologique et programmatique dudit parti. L'Algérie avait connu cette période faste où les partis, même si le contexte politique de l'époque ne favorisait pas leur existence légale, toutefois la formation politique avait un sens concret qui se traduisait par la qualité des militants et la nature du combat que menaient des partis durant cette période avec un sens d'engagement et aussi avec une démarcation idéologique qui se lisait à travers le discours et la littérature politiques qui faisaient l'identité idéologique des partis en question. Cette démarcation est le prolongement de choix inhérent au cadre de la formation politique qui se faisait de manière régulière pour aiguiser la matrice fondatrice du parti en parfaite osmose avec sa ligne idéologique. A cette époque, les partis se reconnaissaient à travers leur couleur politique, ce n'était pas quelque chose qui minorait la portée ou la valeur de ces partis, bien au contraire, c'était une manière d'afficher politiquement leurs projets et leurs lignes idéologiques. C'était très normal de parler d'un parti de gauche, social-démocrate ou un parti de la droite. L'école du parti enseignait les fondamentaux de cette nuance idéologique pour que les militants de base apprennent le sens de l'appartenance politique et les luttes à mener sur la base de cette ligne idéologique et cette démarcation propre. Aujourd'hui, la notion de l'école de parti est dévoyée, voire dénaturée à telle enseigne que même le concept fumeux de l'université d'été ne veut rien dire si ce n'est qu'elle participe dans la désorientation et la perturbation sciemment orchestrées pour diluer le fondement et le contenu du parti et sa mission historique. On ne reconnaît plus l'identité idéologique des partis politiques en place, hormis les notions galvaudées et répandues, à savoir des partis nationalistes et autres conservateurs et d'autres aussi démocrates et islamistes. Ce brouillamini cache le vrai contenu et la nature idéologique de ces partis et ne favorise pas l'émergence d'une vraie classe politique dotée de projet de société et de ligne de conduite politique. Les partis actuels doivent revoir leur conception qui fait dans le fonctionnalisme et le carriérisme politique. La société ne trouvera son salut qu'à travers son élite qui est le produit des partis qui réfléchissent et qui produisent des idées et des alternatives en étant fidèles à leur identité idéologique et leurs lignes de démarcation politique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha