Prévisions pour le 22 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
32
 Laghouat Min 20 °C Max 32 °C
30
 Batna Min 13 °C Max 28 °C
34
 Biskra Min 21 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 26 °C Max 34 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 30 °C
32
 Saïda Min 18 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 29 °C
30
 Mascara Min 17 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 37 °C
12
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 27 °C Max 38 °C
34
 Tindouf Min 26 °C Max 42 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 26 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ghardaïa Min 25 °C Max 35 °C
30
Accueil |Nationale |

RUMEURS ET SPÉCULATIONS AUTOUR DU MOUTON DE L'AÏD

Un sacrifice à quel prix?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
l'offre sera abondantel'offre sera abondante

Une seule question préoccupe, si ce n'est torture l'esprit de nombreux Algériens qui se demandent si le budget d'un citoyen lambda sera à la hauteur du prix du mouton de l'Aïd.

L'Aïd Al Adha est à nos portes. En attendant son arrivée, une seule question préoccupe si ce n'est torture l'esprit de nombreux Algériens qui se demandent si le budget d'un citoyen lambda sera à la hauteur du prix du mouton de l'Aïd.
Une interrogation récurrente qui, à juste titre, se pose à chaque période précédant l'approche de cette fête religieuse. Toutefois, il y a lieu de signaler que cette année s'est distinguée par l'apparition récente de la fièvre aphteuse qui a touché une bonne partie des troupeaux de moutons, un peu partout dans le pays. Cet état de fait n'a d'ailleurs pas mis longtemps à donner lieu à la propagation de diverses spéculations sur le prix de ces bêtes, qui, d'après les citoyens, battra sans nul doute des records de hausse. Ces derniers se sont inquiétés par ailleurs, quant à la disponibilité de ces cheptels, se demandant là aussi, si l'offre sera abondante afin de correspondre à une demande croissante. A toutes ces hantises et inquiétudes qui sont actuellement au coeur des débats publics, la réponse du gouvernement est formulée, comme à l'accoutumée, avec confiance et assurance. En effet, le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, lors de sa dernière sortie médiatique, ne voulant pas être alarmiste, a minimisé les conséquences de la fièvre aphteuse. Celui-ci a ainsi affirmé que cette fièvre «n'est pas une épidémie». Pour étayer ses déclarations, Abdelkader Bouazghi a fait état de l'existence de seulement 40 cas sur un nombre global qui avoisine les deux millions de têtes. Ce qui par conséquent, ne devrait, selon lui, donner lieu à aucune inquiétude ni à aucune polémique, bien au contraire. Dans ce sens, il a encore garanti que la situation est sous contrôle et que son département a pris les mesures nécessaires pour en venir à bout. Pour ce qui est de l'offre, les mêmes assurances ont émané du même responsable qui a indiqué que celle-ci sera prospère. A ce propos, il a balayé du revers de la main toute éventualité d'importer ces bêtes, comme relayé ici et là, compte tenu de la quantité suffisante de moutons. Pour rappel, le département de l'agriculture a effectivement pris des dispositions afin d'empêcher la fièvre aphteuse de toucher davantage de cheptels à travers le territoire national. Par ailleurs, dans le but d'instaurer un climat propice à la vente normale des moutons, le département de l'agriculture a instruit les walis de consacrer des espaces en faveur des vendeurs pour «faciliter les opérations de contrôle». Relevant en outre, que les services du ministère veilleront au grain et seront présents pour inspecter le bétail au niveau des marchés.
Ce qu'il faut savoir, c'est qu'en dépit de toutes les garanties du gouvernement face à cette problématique, les angoisses du citoyen ne disparaissent pas pour autant. Ce qui est pour ainsi dire, largement justifié, lorsque les mêmes discours sont tenus lors de la même période par les officiels, lesquels promettent comme chaque année que les prix des moutons seront abordables et à la portée de tous. Malheureusement, cela s'est révélé à la fin n'être que de vaines promesses des autorités.
Autre point, c'est que le prix du mouton, ou encore son abondance (ou pas) sur le marché demeure à l'heure actuelle un sujet brûlant au sein de la société. Et pour cause, on annonce que cette année, le prix d'un mouton moyen vacillerait entre 46.000 et 49.000 DA. Des chiffres qui, pour beaucoup d'Algériens, donnent le tournis et suscitent de grandes appréhensions. Ils se disent pour la plupart incertains, quant à pouvoir faire face à de telles dépenses, notamment pour les familles nombreuses, qui plus est à faibles revenus et dans un contexte économique qui ne fait qu'accentuer les peurs des Algériens. D'un autre côté, le fait de la contamination des troupeaux de moutons par la fièvre aphteuse commence sérieusement à inquiéter les citoyens, en sachant par ailleurs que, malgré les assurances du ministre de l'Agriculture, de nouveaux cas continuent d'apparaître. Ce qui met les principaux concernés par la question en bien fâcheuse posture.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha