Prévisions pour le 13 Decembre 2018

 Adrar Min 6 °C Max 19 °C
32
 Laghouat Min 2 °C Max 17 °C
30
 Batna Min 0 °C Max 12 °C
30
 Biskra Min 3 °C Max 17 °C
34
 Tamanrasset Min 5 °C Max 18 °C
30
 Tlemcen Min 5 °C Max 15 °C
11
 Alger Min 8 °C Max 17 °C
11
 Saïda Min 2 °C Max 16 °C
11
 Annaba Min 8 °C Max 18 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 16 °C
11
 Ouargla Min 5 °C Max 19 °C
32
 Oran Min 11 °C Max 18 °C
47
 Illizi Min 7 °C Max 23 °C
32
 Tindouf Min 7 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min -2 °C Max 15 °C
34
 Mila Min 2 °C Max 18 °C
12
 Ghardaïa Min 6 °C Max 18 °C
34
Accueil |Nationale |

OFFENSIVE DE L'UGTA POUR CONTRER LES ISLAMISTES SUR LE TERRAIN

"Brisons le mur de l'indifférence!"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Vaste programme de galas artistiques sur le territoire nationalVaste programme de galas artistiques sur le territoire national

La centrale syndicale a décidé de porter l'estocade à ces extrémistes: «A chaque annulation d'un gala nous répondrons par l'organisation de 10 galas et l'initiative sera dupliquée sur le territoire national.»

Telle une lave brûlante s'échappant d'un volcan qui se remet en activité, le magma islamiste avance, rampant, silencieux. Sur son passage, il anéantit le moral des Algériens, bride leur imagination, déprime les humeurs pour annihiler leurs esprits jusqu'à démolir leur culture. Les panaches de fumée toxique et irritante pour la société qui se dégagent de cette brusque irruption, ne semblent pourtant pas inquiéter tout le monde.
Objection votre honneur! l'Ugta brise le mur de l'indifférence et porte l'estocade à ces gardiens de la foi qui vont jusqu'à déclarer les galas, le chant et la joie de vivre des Algériens incompatibles avec l'orthodoxie islamiste. Basta! Nos cicatrices d'hier sont indélébiles! La Centrale syndicale déroule un programme de soirées musicales et artistiques initié en collaboration avec le département de l'intérieur, le ministère de la Culture et l'Onda. «Nous n'allons pas abandonner le terrain à des extrémistes qui empêchent les Algériens de faire la fête, d'assister à des galas, de vivre...», confie le patron de la Centrale syndicale Abdelmadjid Sidi Saïd. La problématique que pose le SG de l'Ugta a le mérite de la clarté. Elle tranche avec la langue de bois et sort des sentiers battus qui masquent une terrible réalité: celle de l'avancée de l'islamisme dans une totale indifférence. «C'est notre devoir de réagir à chaque fois que nous sentons une quelconque menace sur la quiétude et la stabilité sociale.
Les Algériens ont payé le prix fort pour arracher cette stabilité, on doit la préserver» a affirmé Sidi Saïd qui précise et rappelle que son organisation a tout récemment dénoncé les injonctions du FMI dans notre économie et «de même nous dénonçons aujourd'hui que certains empêchent des familles d'assister à des galas et à faire la fête, c'est inconcevable et intolérable». Faut-il que les islamistes commettent encore plus de dégâts? Pourquoi laisser le fanatisme reprendre racine? Pourquoi céder le terrain à Makri qui, lui, en revanche, a exprimé publiquement son soutien à cette intolérance? «Il s'agit justement de démontrer aux salafistes, qui tentent de faire plier tout le monde à leur diktat, en perturbant l'ordre public avec leurs démonstrations de force, qu'ils ne sont pas seuls sur le terrain», rassure le patron de la Centrale syndicale. Pour commencer donc, c'est un concert de musique explorant le répertoire algérien animé par le groupe Freeklane et le chanteur Hocine Lasnami en lancement d'un nouveau programme de soirées musicales organisées à l'initiative de l'Ugta et à l'esplanade du siège de l'Ugta à la place du 1er Mai à Alger, ce concert ouvre un programme élaboré qui s'étale jusqu'au 30 août.
Cette série de galas gratuits prévoit des spectacles d'artistes comme Hamdi Bennani, le groupe «Tej Event», ou encore Nassima Chams ainsi que des soirées dédiées au châabi animées entre autres par Abdelkader Chaou, Noureddine Allan, Boualem Rahma et Mohamed Laâgab, indiquent les organisateurs. «On ne s'arrêtera pas, ça ne s'arrêtera pas», confient les organisateurs puisque cette initiative sera dupliquée à travers le territoire national. «Elle est appelée à durer toute l'année et à chaque annulation de gala, nous répondrons par l'organisation de 10 autres galas», ajoutent déterminés les mêmes organisateurs, en réaction à l'annulation des galas artistiques dans plusieurs wilayas du pays par des extrémistes islamistes.
L'émoi provoqué par ces actes au sein des milieux intellectuels, largement relayé par la presse, n'a pas été suffisant pour faire bouger les professionnels de la politique. Murés dans un silence inexpliqué et injustifiable, ni le FLN et le RND, partis de la majorité présidentielle ni les partis démocrates ni ceux de la mouvance islamiste dite modérée n'ont jugé utile de prendre position sur ce fait grave qui remet en surface le spectre de la décennie noire et qui renseigne à quel point la menace est persistante et la bête immonde peut se réveiller à chaque instant. Elle frémit dès que la société civile montre sa faiblesse et l'Etat sa mollesse. En fait, quand les partis se taisent, elle sévit. Ce ne sont pourtant pas les occasions qui manquent. Les partis donnent l'impression d'activer. Ou alors s'agit-il seulement de donner l'impression de faire... pour meubler le champ politique en cette période estivale? Le FLN a rencontré au moins sept autres formations politiques toutes tendances confondues. Il en est de même pour le RND. Que dire du RCD qui a toujours été au front du combat contre l'extrémisme islamiste. C'est devant la dégénérescence totale et le silence plat, à la limite de la complicité, que la Centrale syndicale(Ugta) a décidé de réagir... une résistance à l'inquisition et la remise en cause quasi totale du principe républicain de l'Etat algérien. Un acte patriotique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha