Prévisions pour le 21 Novembre 2018

 Adrar Min 8 °C Max 23 °C
32
 Laghouat Min 4 °C Max 18 °C
32
 Batna Min 5 °C Max 14 °C
32
 Biskra Min 8 °C Max 21 °C
32
 Tamanrasset Min 15 °C Max 26 °C
28
 Tlemcen Min 8 °C Max 18 °C
34
 Alger Min 12 °C Max 21 °C
34
 Saïda Min 6 °C Max 16 °C
32
 Annaba Min 10 °C Max 20 °C
32
 Mascara Min 8 °C Max 20 °C
34
 Ouargla Min 10 °C Max 22 °C
32
 Oran Min 12 °C Max 22 °C
30
 Illizi Min 14 °C Max 26 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 21 °C
32
 Khenchela Min 5 °C Max 16 °C
32
 Mila Min 8 °C Max 20 °C
32
 Ghardaïa Min 8 °C Max 21 °C
32
Accueil |Nationale |

HARKIS

"Le dossier est définitivement plié"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le faux débat sur les harkis refait à nouveau surface et suscite les réactions. Hier, c'est Djamel Ould Abbès, le secrétaire général du FLN qui est revenu dans le sillage de cette polémique, sur cette question, en déclarant fermement «les harkis ont choisi la France. Leur dossier est définitivement plié. Il n'y aura pas de retour en arrière». D'Ifri Ouzellaguen où il s'est rendu pour commémorer le double anniversaire de l'offensive du Nord - Constantinois et du congrès de la Soummam, le premier responsable du FLN a ajouté «les harkis vivent en France en tant que tels et l'Algérie n'a nullement besoin d'eux». Ces propos sonnent comme une réponse cinglante aux tentatives menées par la France officielle de faire pression sur Alger pour un éventuel retour des harkis. Ils viennent appuyer les récentes déclarations de l'Organisation nationale des moudjahidine qui avait déjà dénoncé ce qu'elle a qualifié de «moyens de pression et de chantage» exercés par la France contre l'Etat algérien». La réplique tranchante n'avait alors pas manqué de provoquer, à son tour, un éclaircissement de la part de l'ambassade de France à Alger. La représentation diplomatique avait démenti l'existence de pressions visant à imposer un retour des harkis tout en laissant entendre qu'«il s'agit simplement de proposer un dialogue sur une question très sensible». Or, dans une question franco-française, l'Algérie ne peut en aucun cas être partie prenante. Il y a lieu de préciser que la question des harkis fait à nouveau l'actualité des médias français. La France semble vouloir faire son mea culpa puisqu'une résolution parlementaire pourrait être prochainement introduite par le gouvernement visant à reconnaître officiellement le sort des harkis par le Parlement français. Un rapport remis en juillet à la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, effectue une cinquantaine de recommandations dont le vote d'une résolution en ce sens.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha