BOUIRA

les peaux de mouton jonchent les rues

La région de Raouraoua fait l'objet d'une attention particulière depuis l'apparition des premiers cas de choléra. Les trois cas avérés sont natifs de cette région qui relève de la daïra de Birghbalou, à l'ouest du chef-lieu de la wilaya de Bouira. Tout le monde s'accorde à dire que cette commune manque d'hygiène alors que ses élus continuent à s'entre-déchirer d'où le gel de l'exécutif communal. L'opération lancée par le ministère de l'Environnement a été centrée sur cette localité. Même si l'épidémie a été circonscrite et le risque définitivement écarté, il reste des points qui du jour au lendemain peuvent être un foyer à risque. C'est plus précisément ces peaux de moutons laissées sur les espaces autour des habitations. La wilaya a engagé une opération de collecte avec l'organisme public Nadhif, mais plusieurs peaux continuent à joncher les espaces. L'attention des responsables a été attiré et l'APC de Bouira envisage de faire une opération de ramassage qui s'ajoutera à la première où plus de 900 peaux ont été ramassées et transmises aux unités industrielles d'Alger. A la question pourquoi les citoyens n'accordent plus d'importance à ces peaux dont raffolaient nos grands-mères, un vétérinaire nous informera qu'elles (les peaux) sont une source d'allergie. La wilaya de Bouira connaît aussi un point noir qui peut du jour au lendemain être une source de diverses maladies. Il s'agit de ce bidonville occasionnel qui chaque été naît au niveau de la sortie sud, sur les bords d'Oued Hous. La totalité des eaux usées de la ville sont déversées dans cette partie située en amont de la station d'épuration. Ces nomades, dont les filles et enfants sont spécialisés dans la mendicité, viennent au-devant des véhicules au regard des matricules d'autres wilayas du pays. Des véhicules de luxe garent devant des tentes de fortune. Ces habitants s'alimentent en eau à partir d'un unique robinet installé pour les besoins professionnels par un artisan tôlier. Le risque de voir naître une épidémie dans cette partie de la ville es grand d'où lurgence de prendre des mesures.
A.M.