Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 34 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
34
 Biskra Min 19 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
34
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 28 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
32
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 11 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 19 °C Max 30 °C
32
Accueil |Nationale |

LE FLN, LE FFS ET LE RAJ SUR LE TERRAIN

Ça grouille à Béjaïa

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Deux partis politiques et une organisation non gouvernementale animent ces jours-ci des université d'été à Béjaïa avec chacun ses objectifs organiques et politiques.

L'association Rassemblement actions jeunesse (RAJ) a organisé avant-hier au camp d'été Mam-Tours à Tichy, Béjaïa, son université d'été sous le slogan «La jeunesse et l'emploi». Cette rencontre a vu la participation de plusieurs acteurs associatifs, syndicaux et politiques ainsi que des experts et spécialistes en la matière. Les travaux de l'université d'été se sont articulés entre les thèmes liés à la politique économique et son impact sur la politique de l'emploi, les mécanismes de création de l'emploi et leurs limites, la relation entre l'université et le monde du travail, l'économie sociale et solidaire, et la création de l'emploi, la problématique de développement de l'emploi et la question de la transition énergétique, l'agriculture, un outil de développement durable, et de l'emploi, l'accès des femmes à l'emploi et les contraintes institutionnelles, le harcèlement sexuel des femmes dans les milieux du travail et la politique de l'emploi et la revendication syndicale. Le premier panel de l'université d'été animé par Mourad Ouchichi, maître de conférences à l'université de Béjaïa sur le thème: «Les mécanismes de création de l'emploi et leurs limites». Bahidjeddine Hachemaoui, également enseignant-chercheur à l'université de Béjaïa s'est intéressé au thème «De l'université au monde du travail». Le deuxième panel animé par Khodir Madani, enseignant-chercheur à l'université de Béjaïa s'est penché sur «l'agriculture, un outil de développement durable et de l'emploi». Mohammed Achir, chercheur à l'université de Tizi Ouzou et vice-président de l'APW de la même ville s'est étalé sur «Les pratiques de l'économie sociale et solidaire et la création de l'emploi; quelle perspective en Algérie?» Le troisième panel a été animé par Dalila Iamarene Djerbal, sociologue, féministe et membre du réseau Wassila sur le thème «Facteurs de l'accès des femmes à l'emploi et contraintes institutionnelles». Soumia Salhi, militante des droits des femmes et syndicaliste, a centré sont intervention sur «le harcèlement sexuel: une souffrance au travail, un obstacle à la citoyenneté des femmes». De son côté, le Front des forces socialistes a convoqué ses cadres et ses militants pour une université d'été mobilisant quelque 350 jeunes représentant 40 fédérations qui se sont déplacés au centre de vacances Anissa Tour, de Souk El Tenine, à l'est de Béjaïa. Dans son allocution d'ouverture de cette université d'été placée sous la slogan «la jeunesse, avant-garde des luttes démocratiques et de la protection de l'état social», le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), Mohammed Hadj Djilani a estimé que «la mobilisation citoyenne, les jeunes en premier lieu, est à même de faire face à l'immobilisme du régime» et c'est sur cette jeunesse que «le FFS centre son projet de reconstruction du consensus national». «La montée au créneau des populations dans plusieurs wilayas démontre l'échec de la politique du régime», souligne le premier secrétaire du FFS montrant d'un doigt accusateur, «la mauvaise gouvernance et l'illégitimité des institutions». Dressant un tableau soir de la situation socio-économique et politique de l'Algérie, le FFS préconise encore une fois le consensus national comme seule alternative pour sauver les meubles.
Pour sa part, le Front de Libération nationale a réuni, hier, ses cadres élus pour débattre de la situation de la wilaya et des questions liées à la gestion des collectivités locales. Le mouhafedh de Béjaïa, Abdelhamid Merouani, a instruit les élus de son parti afin de se rapprocher au mieux des préoccupations des populations et de faire si besoin est des rapports réguliers sur la gestion des municipalités. Le Front de Libération nationale, qui est actuellement en phase de restructuration, se voit sur tous les fronts pour marquer sa présence au plan politique, en vue des prochaines échéances mais également pour propulser le développement local vers l'avant.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha