Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 29 °C
30
 Batna Min 12 °C Max 24 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
4
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 25 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
47
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Nationale |

MARCHÉS HEBDOMADAIRES DE BÉJAÏA

Une activité sans contrôle...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Absence des contrôles et inconscience des consommateursAbsence des contrôles et inconscience des consommateurs

Le non-respect de la chaîne de froid et l'exposition des produits en plein soleil peuvent se traduire par des conséquences fâcheuses. La prudence est de mise.

La wilaya de Béjaïa regorge de marchés hebdomadaires. Chaque jour un ou plusieurs marchés s'y tiennent, parfois simultanément dans plusieurs régions de la wilaya. Dans ces lieux, très fréquentés au regard de la disponibilité de produits et des prix affichés, on trouve de tout. Des viandes, des fruits, des légumes, des produits laitiers, de charcuterie, des boissons, des vêtements de toutes sortes et de la quincaillerie. Comme dans tous les marchés du pays, les consommateurs s'y rendent en masse pour s'approvisionner. C'est fait pour cela. Une activité commerciale intense s'y déroule. Sans aucun contrôle. Les consommateurs attirés par les prix alléchants s'approvisionnent sans se soucier de la qualité, encore moins des critères qu'il faut obligatoirement observer dans de pareilles circonstances. Si pour les légumes et les fruits, la détérioration ne peut passer inaperçue, ce n'est pas le cas des viandes, de la charcuterie, des boissons et des fromages. Ces derniers produits sont exposés sur les étals loin des conditions requises, notamment en matière de conservation. Ces produits, qui ne devaient jamais quitter la chaîne de froid, sont vendus de l'ouverture à la fermeture du marché sous un soleil de plomb. Des jeunes et moins jeunes s'improvisent commerçants et affichent de manière irresponsable des produits du genre en toute impunité. L'absence des agents de la direction du contrôle et des prix, ceux des services d'hygiène, censés effectuer des rondes inopinées dans une démarche de protection du consommateur, laisse libre cours à la vente de ces produits. Le comble est que ce sont leurs étals qui attirent le plus de consommateurs. Consciemment ou inconsciemment, les ménagères s'y approvisionnent sans prendre soin de vérifier la qualité, encore moins la date de péremption.
«J'ai l'habitude de m'approvisionner dans ce marché et je n'ai jamais eu à découvrir une quelconque anomalie», nous répond cette ménagère, qui tenait une boîte de fromage à la main. Sur l'emballage le produit est donné impropre à la consommation dans deux jours, lui fait-on remarquer. Qu'à cela ne tienne. Elle paie et s'en va sans dire un mot. Le vendeur réplique: «Nos produits ne sont pas chers. Nous les proposons ainsi car ils sont proches de la date de péremption mais ils restent consommables», avant d'ajouter «le client est libre». Interrogé sur l'absence de moyens de conservation, il répondra: «Je ne peux pas m'amuser à trimbaler un présentoir sur chaque marché», lâche le vendeur devant des clients qui semblent peu intéressés par nos remarques. Plus loin, un autre vendeur nous explique qu'un fromage, même exposé en plein air ne peut pas se détériorer, c'est valable pour lui aussi bien que pour l'eau, les différentes boissons, que les produits cosmétiques.
«Nous avons toujours travaillé comme ça», affirme-t-il. Interrogé sur de possibles poursuites judiciaires en cas de contrôle, il répond ironiquement: «Il faut d'abord qu'ils nous rendent visite.»
Une sentence qui illustre parfaitement l'absence des outils de contrôle étatiques, plus prompts à faire pression sur les commençants légaux qui disposent de moyens et qui respectent parfaitement les conditions de conservation. Non loin de là, un abattoir clandestin s'active. Bien que interdit par la loi, ce commerce de vente de poulet vivant continue à sévir sur les marchés et aux abords des routes. Là aussi, les consommateurs s'approvisionnent. La pesée du poulet vivant est suivie directement de son abattage. Une pratique courante qui se fait en toute impunité. L'absence d'organes de contrôle sur le terrain s'ajoute à l'irresponsabilité des commerçants avides de gain facile et l'inconscience du consommateur pour donner un tableau à haut risque dans une période marquée par la montée du mercure et tous les risques de dégradation rapides des produits.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha