Prévisions pour le 18 Novembre 2018

 Adrar Min 11 °C Max 25 °C
30
 Laghouat Min 6 °C Max 16 °C
28
 Batna Min 1 °C Max 13 °C
28
 Biskra Min 8 °C Max 18 °C
30
 Tamanrasset Min 13 °C Max 26 °C
30
 Tlemcen Min 9 °C Max 17 °C
28
 Alger Min 10 °C Max 19 °C
30
 Saïda Min 7 °C Max 16 °C
28
 Annaba Min 11 °C Max 18 °C
39
 Mascara Min 9 °C Max 20 °C
28
 Ouargla Min 10 °C Max 17 °C
28
 Oran Min 12 °C Max 22 °C
28
 Illizi Min 14 °C Max 27 °C
32
 Tindouf Min 13 °C Max 21 °C
28
 Khenchela Min 4 °C Max 14 °C
28
 Mila Min 7 °C Max 18 °C
28
 Ghardaïa Min 9 °C Max 19 °C
28
Accueil |Nationale |

RISQUE DE CONTAMINATION D'EAUX USÉES À CONSTANTINE

Un danger qui dure depuis 20 ans!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un danger qui dure depuis 20 ans!

L'accès au wali a été interdit aux habitants, à chaque fois, malgré leur inscription sur la liste des rendez-vous.

En plus des risques de graves maladies comme le choléra ou la typhoïde, les habitants du lieudit Onama situé entre les communes d'El Khroub et Constantine, sont dans une situation lamentable depuis plus de 20 ans.
La cause est due à une conduite d'eaux usées qui semble s'être incrustée dans le paysage sans que les autorités locales ne jugent important et urgent d'agir. Elles sont au moins 25 familles à vivre ce calvaire au quotidien comme constaté de visu.
Les odeurs nauséabondes caractérisent le cadre de vie, sachant que le danger de cross-connexion est aujourd'hui plus élevé.
C'est surtout cette épidémie de choléra qui a frappé l'Algérie touchant plusieurs wilayas, notamment du Centre qui a fait réagir les familles dont des représentants confient, «que faut -il faire pour que les services concernés réagissent enfin?» Ils ajoutent que «des centaines de correspondances ont été adressées à l'APC, à la Seako et à la wilaya, mais en vain, notre demande est restée lettre morte». Mieux encore, les habitants n'ont pas hésité à usé du numéro vert du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales pour informer au plus haut degré sur la situation catastrophique dans laquelle ils mènent une vie qui n'est pas digne d'une capitale.
L'accès au wali leur a été interdit à chaque fois malgré leur inscription sur la liste des rendez-vous.
Des enfants en bas âge souffrent déjà de certains symptômes d'allergie et de complications respiratoires. L'écoulement dense des eaux usées a fini par trouver sa trajectoire sous-terraine menaçant même les habitations dont certaines sont fissurées, le risque d'effondrement est réel. Les habitants lancent un appel urgent au wali pour intervenir. Ce quartier n'est pas le seul à vivre cette situation précaire voire dangereuse, même les cités les plus aisées côtoient ce phénomène qui se répète sans cesse, notamment après les averses. C'est tout le système des canalisations et des évacuations qu'il faut revoir dont certains datent depuis l'indépendance. Une révision des plans s'impose afin de traiter la problématique de l'assainissement des eaux usées, surtout que le sujet se pose comme un risque socio - sanitaire et environnemental en zones d'habitat telles que des maladies diarrhéiques qui sont des signaux quant à l'impact d'un défaut d'hygiène et d'assainissement, quel que soit le type de tissu urbain de la ville. Ce qui en termes d'efficacité interpelle des compétences pour trouver des solutions durables et non de bricolage. Le dysfonctionnement, engendre à ne pas en douter des conséquences immenses et néfastes, aussi bien sur l'environnent, le cadre de vie et surtout la santé des habitants.
La mauvaise gestion des eaux usées est également une source de pollution des ressources comme l'eau et le sol, qui provoque des maladies hydriques, l'insalubrité, soit l'absence d'hygiène et la dégradation du tissu urbain. Les services concernés, sont loin d'ignorer toutes ces donnes, mais continuent, malgré les appels incessants des habitants, de faire la sourde oreille.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha