Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 31 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 15 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 22 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 23 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Nationale |

ABSENCE D'ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES DANS LES NOUVELLES CITÉS

Un calvaire au quotidien

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le pire est que les pouvoirs publics continuent à réaliser des cités sans structures de service public et établissements scolairesLe pire est que les pouvoirs publics continuent à réaliser des cités sans structures de service public et établissements scolaires

«Emmener ses enfants chaque jour à l'école n'est plus un plaisir. C'est un casse-tête et un véritable cauchemar», déplorent des habitants.

L'absence d'établissements scolaires et d'infrastructures du service public, de manière générale au sein des nouvelles cités, continue à irriter les habitants desdites cités à l'occasion de chaque rentrée des classes. Le cri qu'ont lancé plusieurs habitants ces derniers jours quant à l'obligation d'inscrire leurs enfants dans des établissements distants de leurs cités est frappant. «La patience a des limites», a écrit un citoyen de Birtouta dans la wilaya d'Alger dans une lettre qu'il a adressée avant-hier à la ministre de l'Education nationale, publiée sur les réseaux sociaux. L'habitant qui se dit porte- parole de ses voisins a souligné que ce calvaire ne fait que s'éterniser dans le temps. «Cela fait des années que nous attendons l'ouverture d'une école primaire dans notre cité en vain», a-t-il déploré. Pour le plaignant qui se dit par ailleurs désespéré, la réalisation d'un établissement scolaire n'est pas coûteux. Avant de poursuivre:
«Emmener ses enfants chaque jour à l'école n'est plus un plaisir. C'est un casse-tête et un véritable cauchemar.» «Les parents ont d'autres obligations et préoccupations à faire», écrit en outre le plaignant. Le cas de cet habitant n'est malheureusement pas isolé. Il est répandu dans la quasi-totalité des nouvelles cités. Dans certaines wilayas, à l'image d'Alger, ce problème a poussé les habitants à manifester leur colère dans la rue. Les habitants ont mis notamment en avant la responsabilité des pouvoirs publics. «Construire des cités sans les doter des établissements scolaires est insensé», ne cessent-ils de crier.
«Les pouvoirs publics mettent certes, à la disposition des enfants, des moyens de ramassage scolaire, mais ces derniers ne suffisent pas et ils sont loin d'être la solution idéale», déplorent des habitants, ajoutant que le transport est fatigant pour les élèves et au fil du temps il devient un facteur de perturbation. Les habitants font part aussi de leur incompréhension quant à l'attitude des pouvoirs publics qui affirment d'une part que la dotation de ces cités en infrastructures est une priorité, alors qu'ils ne font rien sur le terrain. Le pire, indique-t-on, est que les pouvoirs publics continuent à réaliser des cités sans structures de service public et établissements scolaires. A ce propos, il faut dire que le ministre de l'Intérieur en effectuant récemment une visite de travail dans la wilaya de Saïda où il a procédé à la distribution de logements a exprimé sa désapprobation et sa colère, quant à l'absence d'établissements scolaires dans les cités en question. Nouredine Bedoui a indiqué à cette occasion que le gouvernement est en train de s'atteler à l'élaboration d'une loi qui va interdire l'inauguration des projets de logements sans leur dotation en établissements scolaires et structures de service public. «La réalisation des cités-dortoirs doit faire partie du passé. Les nouvelles cités doivent regorger de vie. Elles doivent être de petites villes où l'habitant peut se permettre tous les services dont il a besoin. Cela va de la scolarisation des élèves sur place à la délivrance d'un extrait de naissance, au retrait de son argent», a insisté Bedoui. Cette façon de faire est pour le ministre, la meilleure façon de lutter contre la bureaucratie et l'amélioration du service public. De son côté, le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville Abdelwahid Temmar ne manque pas de rappeler à chaque occasion que la réalisation des cités n'est pas seulement de monter des bâtiments, mais c'est une conception. «L'urbanisme doit retrouver ses règles en Algérie. Le citoyen a le droit d'évoluer dans un environnement confortable au même titre que ses homologues de par le monde», a insisté Temmar auprès de ses
cadres lors d'une réunion nationale tenue au lendemain de sa nomination à la tête du département de l'habitat. Le succès de cette stratégie est toutefois, nuancent certains observateurs, conditionné par l'implication de tous les secteurs. Le secteur des transports doit jouer son rôle, les collectivités locales, le ministère des Télécommunications, celui du Travail, de l'Environnement...etc. «Le ministère de l'Habitat ne peut pas s'occuper de tout à lui seul», ajoutent les observateurs. La mise en service de cette stratégie est pour ces derniers tout à fait réalisable.
L'existence des locaux en bas des immeubles peut servir comme sièges pour de nombreuses structures du service public. Il est à rappeler par ailleurs que le gouvernement a donné des instructions récemment aux ministères concernés quant à l'effet de faire profiter les jeunes dans le cadre des dispositifs de l'Ansej et de la Cnac des locaux se trouvant en bas des immeubles. L'objectif est de permettre à ces derniers de rendre vivable les cités et de permettre aux habitants de profiter de tous les services sur place. Les jeunes issus des cités en question sont prioritaires en termes d'accès à ces locaux.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha