PAF

Le directeur régional limogé

Après le directeur de l'entreprise portuaire, c'est au tour du contrôleur de la police B. Abdelhak, directeur régional ouest de la police des frontières, d'être relevé de ses fonctions. Aucune information n'est jusque-là, donnée, quant à son remplacement qui, toutefois, «aura lieu dans les brefs délais», a-t-on appris. La prise d'un telle mesure serait motivée par la multitude des scandales ayant secoué le port d'Oran, dont très précisément le vol, fréquent, de la marchandise des conteneurs au niveau du quai, mais également l'affaire des 701 kg de cocaïne. Assiste-t-on au grand ménage, sinon, est-on en passe de revoir la carte sécuritaire du port d'Oran? Aucune réponse ne vient assouvir notre curiosité, hormis des petites bribes distillées au compte-gouttes faisant état du «mouvement décidé par la hiérarchie». D'autant plus, que de telles informations demeurent «confidentielles», sans avancer plus de détails mis à part la confirmation, de temps à autre, de tel ou tel limogeage. C'est du moins la politique de communication qui est, contre toute attente, adoptée par la nouvelle direction de la Sûreté nationale. Cependant, il demeure que la gestion des affaires policières dans l'enceinte du port d'Oran serait mal appréciée par cette hiérarchie mise en place à la faveur des grands changements opérés récemment dans les rangs de la Dgsn. Pour plus d'un observateur, le port d'Oran, fonctionnant au rythme d'intenses activités, serait caractérisé par un tant soit peu de laxisme et de passivité, d'où d'ailleurs plusieurs lacunes relevées, notamment dans le contrôle et de surveillance, jugé par plus d'un comme ne répondant plus aux normes, d'où d'ailleurs plusieurs affaires auraient éclaboussé le port mais aussi l'image du corps de la police. Sinon, comment interpréter le fait que des individus puissent s'introduire, en toute quiétude, dans le port pour défoncer des conteneurs de poivron? Aucune information n'est jusque-là donnée sur les suites d'une telle affaire, qui est tout de même à élucider et à tirer au clair. Au vu de ce ménage opéré un peu partout dans plusieurs secteurs en rapport avec le port, l'on dira tout bonnement que rien n'augure de bon. «D'autres mesures sont-elles attendues? La réponse n'est pas pour demain!