ACCIDENTS DE LA ROUTE EN ALGÉRIE

L'hécatombe continue

Dans la wilaya de Mila, près de 12 personnes ont été blessées à divers degrés, hier, suite à une collision entre deux véhicules.

Le carnage se poursuit sur nos routes. Il ne se passe pas un jour, sans que l'on signale des blessés ou des pertes humaines dues aux accidents de la route.
Dans la wilaya de Mila, près de 12 personnes ont été blessées à divers degrés, hier, suite à une collision entre deux véhicules. Selon les informations fournies par la Protection civile, l'accident s'est produit sur «la route nationale (RN) 79, plus exactement au quartier Teyayba, au chef-lieu de wilaya».
Donnant plus de détails, les mêmes services ont souligné que les victimes ont été transférées vers le service des urgences de l'hôpital des frères Meghlaoua, par «les éléments de l'unité principale de ce corps constitué». Ils feront également savoir qu'une enquête a été ouverte dans le but de déterminer les circonstances exactes de cette tragédie. Par ailleurs, un autre accident dont le bilan est beaucoup plus lourd, a été enregistré avant-hier à Aïn Defla. 12 blessés et trois vies ont été fauchées, au niveau du tronçon de l'autoroute Est-Ouest traversant la wilaya, d'après la Protection civile. L'accident s'est produit au lieudit «Ouled El Mahdi» relevant de la commune de Hocinia. «Un bus assurant la liaison Saïda-Alger a dérapé avant de se renverser, causant le décès de trois passagers dont l'âge n'a pas encore été déterminé et des blessures graves à 22 autres âgés entre 18 et 55 ans» a-t-on indiqué. La même source précise que «la violence du choc a été telle que le bus qui se dirigeait vers Alger s'est retrouvé sur la voie menant vers Oran». Tout de suite après, de la Protection civile dépêché sur place 35 de ses hommes. Les victimes ont été aussitôt transportées vers la morgue et le service des urgences de l'Etablissement public hospitalier (EPH) de Khémis Miliana. Et ce, précise-t-on, dans des conditions difficiles, à cause des pluies diluviennes qui se sont abattues ce jour-là. D'après les services concernés, l'origine de ce drame revient à un excès de vitesse. La Gendarmerie nationale a de son coté, initiée une enquête pour confirmer les vraies raisons.
A côté de ces deux catastrophes, 12 autres personnes ont perdu la vie et 62 autres ont été blessées en l'espace de seulement 48 heures, d'après le bilan établi par la Protection civile, samedi dernier. A Boumerdès, les services ont eu à déplorer trois décès tandis que deux autres victimes ont été blessées, suite à trois accidents de la circulation. En parallèle, les mêmes services ont dû intervenir pour évacuer les corps dans un accident causé par «l'éclatement de la roue d'un camion».
A l'origine de ce fléau qui endeuille quotidiennement des familles, l'inconscience de nombre de conducteurs (excès de vitesse ou autres...) est souvent pointée du doigt. Cela dit, l'état de nos infrastructures routières demeure critique et n'arrange en rien les choses.