Prévisions pour le 17 Novembre 2018

 Adrar Min 14 °C Max 24 °C
30
 Laghouat Min 9 °C Max 16 °C
30
 Batna Min 4 °C Max 13 °C
11
 Biskra Min 11 °C Max 17 °C
12
 Tamanrasset Min 14 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 10 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 12 °C Max 18 °C
47
 Saïda Min 7 °C Max 16 °C
30
 Annaba Min 13 °C Max 18 °C
12
 Mascara Min 8 °C Max 17 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 16 °C
12
 Oran Min 13 °C Max 20 °C
30
 Illizi Min 18 °C Max 23 °C
30
 Tindouf Min 10 °C Max 21 °C
30
 Khenchela Min 5 °C Max 14 °C
28
 Mila Min 10 °C Max 17 °C
12
 Ghardaïa Min 11 °C Max 16 °C
39
Accueil |Nationale |

EMERGENCE D'UNE ÉCONOMIE PRODUCTIVE DANS LE SECTEUR DES HYDROCARBURES

Le coup de pouce de Sonatrach

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Sonatrach tourne à plein régimeSonatrach tourne à plein régime

La compagnie nationale des hydrocarbures vise à mettre en oeuvre un partenariat avec les entreprises nationales privées et publiques dans le domaine des industries pétrolières et gazières.

Sonatrach qui demeurera encore pour longtemps le poumon de l'économie nationale assume son statut; son destin étant intimement lié à celui de l'Algérie. En l'absence d'une économie productrice de richesses, elle assure ce leadership et montre le chemin à suivre afin que le nouveau modèle économique pour lequel a opté l'Algérie, encouragé par ailleurs par les institutions financières internationales, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international en l'occurrence, soit efficient pour qu'elle soit allégée de ce fardeau qu'elle porte depuis l'indépendance, depuis sa création. Ce n'est malheureusement pas encore le cas. Pas question donc de s'endormir sur ses lauriers. Il y a incontestablement un vent nouveau qui souffle sur le Val d'Hydra (le siège de Sonatrach y est implanté). Le nouveau projet de loi sur les hydrocarbures en est un indice qui ne trompe pas. Mais ce n'est pas que de lois que l'Algérie a besoin pour diversifier son économie. La volonté politique reste un facteur incontournable pour sa concrétisation, pour ne plus dépendre de la rente pétrolière. Pour ne plus connaître de stress à la moindre dégringolade des prix du pétrole, ne plus connaître de crise financière qui brandisse le spectre d'une éventuelle banqueroute. La stabilité politique, la paix sociale sont assurées par une économie forte. La leçon des années 90 où le baril est tombé sous les 10 dollars et qui nous a coûté deux plans de restructurations douloureux dictés par le FMI doit être retenue. Ancrée dans nos têtes. Le chef de l'Etat vient de le rappelr dans un message adressé à la nation. «En dépit de toutes les réalisations accomplies, de tous les pas franchis par notre pays, beaucoup reste encore à faire et nous aurons à relever le défi de la diversification de l'économie nationale pour nous affranchir de la dépendance démesurée aux hydrocarbures et celui de l'ancrage de la démocratie et de la promotion du sens civique pour tirer le meilleur avantage de la diversité de nos opinions et régler tous les conflits de la manière la plus civilisée qui soit», a écrit Abdelaziz Bouteflika à l'occasion de la célébration du 56e anniversaire de la fête de l'Indépendance et de la Jeunesse. Le message est clair. Sonatrach l'a fait sien. A travers une initiative probablement sans précédent, elle a mis la main à la pâte mais aussi à la poche. Le volume de ses investissements milliards de dollars en moyenne par an a révélé, le 9 septembre, le ministre de l'Energie Mustapha Guitouni, lors des Journées d'information de Sonatrach sur les opportunités d'investissement pour les entreprises algériennes.
Un événement qui a débouché sur la signature de deux conventions-cadres et cinq contrats entre la compagnie nationale des hydrocarbures et des entreprises nationales publiques et privées d'un montant global de 36 milliards de dinars, dans le cadre de son encouragement de l'intégration nationale dans les industries pétrolières et gazières. Les conséquences sur la création d'emplois est indéniable. Pour un pays dont le chômage tourne autour des 11% c'est une bénédiction. Pour les jeunes, dont la tranche d'âge des 16-24 ans représente plus de 28% touchée par ce fléau, il pourrait représenter une bouffée d'oxygène. Pour l'économie nationale il est incontestable qu'elle constituera la locomotive qui doit l'affranchir des exportations des hydrocarbures. La Compagnie pétrolière nationale qui doit jouer le rôle de courroie de transmission est déjà dans les starting-blocks. Sonatrach tourne à plein régime.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha