Prévisions pour le 22 Novembre 2018

 Adrar Min 9 °C Max 24 °C
30
 Laghouat Min 2 °C Max 18 °C
30
 Batna Min 7 °C Max 16 °C
30
 Biskra Min 10 °C Max 20 °C
30
 Tamanrasset Min 11 °C Max 27 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 18 °C
30
 Alger Min 11 °C Max 21 °C
30
 Saïda Min 8 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 10 °C Max 21 °C
28
 Mascara Min 10 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 10 °C Max 22 °C
32
 Oran Min 11 °C Max 22 °C
30
 Illizi Min 14 °C Max 30 °C
34
 Tindouf Min 9 °C Max 23 °C
34
 Khenchela Min 6 °C Max 16 °C
30
 Mila Min 7 °C Max 21 °C
30
 Ghardaïa Min 8 °C Max 20 °C
32
Accueil |Nationale |

RELATIONS ECONOMIQUES ET PARTENARIAT COMMERCIAL

Alger et Washington embraient

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Des missions d'opérateurs économiques américains sont attendues pour recenser les produits algériens susceptibles d'être placés sur le marché africain.

Alger et Washington veulent passer à la vitesse supérieure. Le marché africain investi en force par la Chine, qui dispute aux Américains le leadership de l'économie mondiale, est désormais dans la cible de l'Oncle Sam. L'Algérie est toute indiquée pour servir de tremplin. Et ce n'est pas en faire-valoir qu'elle se présente. Les Américains soucieux et conscients des opportunités qu'elle recèle en elle envisagent d'en faire un partenaire à part entière. Une belle opportunité qui vient s'offrir à l'Algérie qui doit diversifier son économie pour moins dépendre de ses exportations pétrolières et gazières qui lui assurent l'essentiel de ses revenus en devises. L'annonce a été faite en marge de la semaine économique et culturelle de l'Algérie aux États-Unis qui s'est tenue du 10 au 13 septembre à Washington. «L'Algérie et les Etats-Unis se sont mis d'accord pour engager des discussions sur un partenariat commercial approfondi visant à conquérir des marchés en Afrique», a indiqué le ministre du Commerce, Saïd Djellab qui a fait savoir qu'il avait tenu deux réunions de travail avec les responsables du département du commerce et ceux de la Chambre de commerce américaine (AmCham) pour discuter de ce dossier a rapporté l'APS dans une dépêche datée d'hier. Du lourd! Quelles dispositions a affiché la partie américaine? «La partie américaine a affiché lors de ces discussions préliminaires sa disponibilité à renforcer les relations commerciales bilatérales avec possibilité d'aller vers un partenariat approfondi, prévoyant la création d'un hub commercial pour conquérir l'Afrique», a indiqué le ministre. La démarche consistera à procéder de manière à ne pas rater le coche, c'est pour cela que les choses se feront de façon pragmatique. Le projet se construira marche après marche. Comme première étape, le département du commerce et la puissante Fédération commerciale américaine (AmCham) ont décidé de dépêcher à Alger plusieurs missions d'opérateurs économiques pour prospecter l'outil de production national et aussi recenser les produits algériens susceptibles d'être commercialisés sur le marché américain, indique-t-on. Le ministre du Commerce a tenu à souligner l'importance que revêt l'Algérie aux yeux des Américains pour se faire une place de choix sur le marché africain. «L'Algérie demeure une plate-forme importante en Afrique. Ils (les Américains) vont examiner les possibilités de partenariat sur des créneaux de production pour l'exportation vers des marchés africains», a déclaré Saïd Djellab. «L'Algérie a un potentiel économique régional, les Américains ont compris cette position géostratégique en matière de commerce et de partenariat» a-t-il ajouté tout en expliquant qu'il avait présenté lors de ces réunions un aperçu sur la production nationale, en expliquant à la partie américaine les efforts menés en matière de reconstruction logistique et d'infrastructures. A-t-on abordé d'autres questions? Il y a eu l'état des négociations algéro-américaines concernant l'accord bilatéral lié au processus d'accession à l'OMC qui a été évoqué. Où en est-il?. «Nous sommes dans une phase de facilitation des échanges», a précisé Saïd Djellab qui a aussi abordé avec ses interlocuteurs américains les mesures d'urgence pour recadrer le commerce extérieur dans le sillage de la chute des cours du pétrole. «J'ai expliqué la genèse (de ce recadrage), en particulier la crise qu'on a connue après la chute des prix du pétrole et les mesures d'urgence prises pour y faire face, ils (les Américains) étaient compréhensifs», a-t-il dit. La première semaine de l'Algérie aux Etats-Unis en plus de s'être achevée (jeudi dernier, Ndlr) a connu une moisson formidable. Sept entreprises nationales privées ont lancé une première démarche pour exporter vers les Etats-Unis.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha