Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 29 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
32
 Annaba Min 22 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 15 °C Max 29 °C
32
 Ouargla Min 24 °C Max 32 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 30 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
39
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
12
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Nationale |

LES DERNIÈRES INONDATIONS ACCENTUENT LES INQUIÉTUDES DES CITOYENS

Les pouvoirs publics doublement interpellés

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le décès d'un garçon et les images des voitures emportées par les pluies torrentielles n'ont laissé personne indifférentLe décès d'un garçon et les images des voitures emportées par les pluies torrentielles n'ont laissé personne indifférent

Avec l'arrivée de l'hiver, ces derniers doivent anticiper et engager des travaux d'assainissement des voiries et même inspecter les bâtisses qui sont menacées par l'effondrement.

A peine il fait son entrée, il surprend tout le monde. L'automne s'installe avec son lot de désagréments. Les dernières intempéries qui ont touché plusieurs wilayas dont Tébessa font craindre le pire. Le décès d'un garçon et les images des voitures emportées par les pluies torrentielles qui se sont abattues mercredi dernier sur la région de Tébessa, n'ont laissé personne indifférent. De nombreux citoyens sont montés au créneau pour mettre les pouvoirs publics devant leurs responsabilités. Des réclamations, des dénonciations sont diffusées à travers les différentes chaînes privées sur la culture du laisser-aller. «Les responsables locaux sont presque absents», se plaint un habitant de Tebessa qui ne sait plus à quoi s'attendre lors de la période hivernale. Malgré les BMS diffusés par l'Office national de la météorologie annonçant de forts orages au niveau des différentes villes du pays, le danger n'est pas écarté. Le feuilleton de Tébessa n'est pas le premier du genre. En été dernier, El-Oued a connu presque le même scénario. Des inondations ont provoqué des dégâts énormes par le déferlement d'un oued qui a endommagé des routes et même des habitations. La responsabilité des pouvoirs publics est toujours remise en cause. Le suivi et l'entretien des avaloirs font toujours défaut. Pourtant, si l'on remonte dans le temps, les intempéries de Bab El Oued en 2001 devraient servir de leçon, mais en vain. Les pouvoirs publics continuent à agir sous l'effet de la catastrophe. Alors qu'un plan d'assainissement des voiries et de contrôle du niveau des barrages et des oueds devait être mis en place, les responsables font preuve de négligence. Pour éviter la reproduction d'un tel scénario, la commission interministérielle dépêchée par le département de Bedoui à Tébessa a pris comme disposition l'élaboration d'une étude de protection de la ville contre les catastrophes naturelles, les inondations notamment. «Les autorités locales oeuvreront à préparer et transmettre aux autorités centrales une étude technique du projet de protection de la ville de Tébessa, en vue d'en débloquer le financement nécessaire», a révélé vendredi dernier l'inspecteur général auprès du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Abderrahmane Sidini. Ceci montre encore une fois qu'il aura fallu qu'il y ait une telle catastrophe, pour prendre les choses au sérieux. Avec l'arrivée de l'hiver, les pouvoirs publics doivent redoubler d'efforts pour éviter d'éventuelles catastrophes. Ces derniers doivent anticiper et engager des travaux d'assainissement des voiries régulièrement et même inspecter les bâtisses qui sont menacées par l'effondrement. Il n'y a pas que les intempéries. L'épidémie du choléra qui a fait son apparition à Blida et s'est propagée dans plusieurs wilayas affectant des dizaines de personnes a accentué les inquiétudes des citoyens. Ayant pris conscience des conséquences, les habitants des différents quartiers d'Alger et même des autres wilayas dénoncent le laisser-aller des responsables locaux en signalant le moindre problème au niveau de leur cité. Au quartier des 601 Logements de Gué de Constantine, les habitants se plaignent de la présence d'une canalisation des eaux usées qui constitue une menace sur leur santé. Après plusieurs réclamations, ces derniers n'ont pas eu d'autre choix que de s'adresser aux médias pour mettre à nu la négligence des pouvoirs publics. L'absence d'assainissement des avaloirs se répète à chaque fois. La responsabilité n'incombe pas uniquement aux collectivités locales puisque le citoyen doit également contribuer, de son côté, à la préservation de la propreté de son environnement en évitant de déverser ses poubelles un peu partout.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha