Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

AFFAIRE SAÏPEM-SONATRACH

5 ans de prison ferme pour Farid Bejaoui

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le tribunal de Milan a prononcé, hier, son verdict dans l'affaire Saïpem-Sonatrach après un procès qui aura duré presque trois ans. Il a ainsi condamné l'homme d'affaires algérien Farid Bejaoui à 5 ans 5 mois de prison ferme pour son rôle d'intermédiaire.
Le neveu de l'ancien ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bejaoui, fait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis en 2014 par les procureurs du tribunal de Milan, mais ce dernier reste en fuite et n'a pas assisté à son procès. Ses deux complices, Samir Ouraied et Omar Habour, poursuivis dans la même affaire, ont été condamnés, pour leur part, à quatre ans et un mois de prison ferme. L'ex-patron du groupe pétrolier italien ENI, Paolo Scaroni, a été, quant à lui, acquitté de l'accusation de corruption internationale en Algérie, de même que son groupe, tandis que sa filiale Saipem a été condamnée à une amende de 400 000 euros et la confiscation de 197 millions d'euros, considérés comme la valeur du pot-de-vin payé. Et son président à l'époque des faits, Pietro Tali, s'est vu infliger une peine de 4 ans et 9 mois de prison. Pour rappel, l'affaire porte sur le versement de 197 millions d'euros (près de 400 milliards de dinars) de pots-de-vin à des responsables publics algériens, entre 2007 et 2010.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha