Prévisions pour le 19 Octobre 2018

 Adrar Min 17 °C Max 32 °C
30
 Laghouat Min 8 °C Max 22 °C
30
 Batna Min 8 °C Max 20 °C
28
 Biskra Min 16 °C Max 26 °C
30
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
34
 Tlemcen Min 8 °C Max 16 °C
11
 Alger Min 14 °C Max 22 °C
34
 Saïda Min 8 °C Max 23 °C
11
 Annaba Min 17 °C Max 24 °C
12
 Mascara Min 10 °C Max 20 °C
11
 Ouargla Min 15 °C Max 28 °C
30
 Oran Min 14 °C Max 21 °C
11
 Illizi Min 18 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 13 °C Max 25 °C
23
 Khenchela Min 10 °C Max 18 °C
28
 Mila Min 13 °C Max 21 °C
28
 Ghardaïa Min 12 °C Max 25 °C
30
Accueil |Nationale |

IL Y A 60 ANS, JOUR POUR JOUR, ÉTAIT CRÉÉ LE GPRA

L'Algérie actait sa naissance

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Ferhat Abbas et Krim Belkacem deux leaders chefs du GPRAFerhat Abbas et Krim Belkacem deux leaders chefs du GPRA

Le GPRA est un cadre auquel Krim Belkacem et d'autres responsables ont donné une dimension politique de choix pour préparer l'avenir de l'Etat algérien.

Le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), revient cette semaine sur l'échiquier politique. C'est un retour départagé entre l'aspect historique fait de mémoire et de halte symbolique et comme repositionnement politique répondant à une grille de lecture qui prête confusion. L'anniversaire de création, voire de la proclamation du Gouvernement provisoire de la République algérienne dans un contexte de guerre de libération se fait inviter aujourd'hui dans un présent où le contexte et les enjeux sont diamétralement opposés. Les approches antagonistes se font exprimer autour de cette institution qui s'est forgée dans le feu de la lutte de Libération nationale comme prolongement des institutions légitimes de la Révolution nationale. Revenir avec des schèmes et des paradigmes politiques, voire avec les mêmes énoncés quant à la nature de l'institution à cette époque, cela fera renvoyer les historiens à un contexte qui pourrait les amener à se questionner sur les éléments phares qui ont été derrière la mise en place et la structuration même de ladite révolution à commencer par l'Armée de libération nationale (ALN) et sa structure politique le Front de libération nationale (FLN) qui étaient derrière la mise en oeuvre de l'autorité législative de la révolution, à savoir le Conseil national de la révolution algérienne (Cnra).
Le parcours de la révolution algérienne renseigne que le GPRA était la quintessence de tous les éléments précités dans l'objectif de donner à la révolution un cadre, voire un interlocuteur politique vis-à-vis de l'autorité coloniale en termes de négociation et aussi comme instrument en mesure de faire connaître davantage la cause algérienne et sa quête pour le recouvrement de sa souveraineté et son Indépendance nationale. Le GPRA est une espèce de cadre que l'une des figures de proue de la révolution, à savoir Krim Belkacem et autres responsables lui ont donné une dimension politique de choix pour préparer l'avenir de l'Etat algérien à travers les négociations avec la France coloniale et mener des tractations autour du préalable de l'indépendance avec une approche qui tient compte des intérêts du futur Etat et sa souveraineté. C'est Krim Belkacem qui avait l'ingénieuse idée de mettre en place cette structure comme interface de la révolution algérienne en nommant la célèbre personnalité politique de cette époque, Ferhat Abbas comme premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne. Le GPRA de cette période avait accéléré les aspects de négociation sur les dossiers clés qui ont trait à l'indépendance de l'Algérie. Ferhat Abbas avait donné un sens à la représentation politique et la qualité de travail du GPRA pour aller de l'avant et gagner plus de crédibilité en tant qu'interlocuteur viable et conséquent sur les questions relevant de la diplomatie gouvernementale dont la révolution algérienne avait plus que jamais besoin. Krim Belkacem a su faire du maintien de la pression militaire une gageure pour imposer aux responsables politiques français officiels de rester sur la table et les ramener à l'idée de négocier l'indépendance du pays sans concession aucune. Le GPRA avait assuré une tâche historique qui a permis la proclamation de l'Etat algérien indépendant comme prouesse historique du peuple algérien. La démarche de Krim et celle de Ferhat Abbas se voulaient comme un processus qui permettrait d'aller derechef vers une nouvelle étape qui consiste en la mise en place d'un Etat indépendant souverain et en mesure de se doter d'institutions modernes dignes des Etats qui ont marqué leurs noms dans le concert des nations. Depuis la création du GPRA à nos jours, le parachèvement politique et institutionnel de l'Etat algérien a réalisé des étapes décisives, voire importantes en matière de sauvegarde de la souveraineté nationale et la mise en oeuvre d'une doctrine étatique souverainiste et moderne. Du GPRA à la République algérienne démocratique et populaire (RADP), le prolongement se fait sentir à travers la poursuite de l'oeuvre de Novembre et sa dimension sociale qui est inaliénable.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha