Prévisions pour le 19 Decembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 21 °C
32
 Laghouat Min 2 °C Max 17 °C
30
 Batna Min 1 °C Max 13 °C
30
 Biskra Min 3 °C Max 17 °C
30
 Tamanrasset Min 8 °C Max 19 °C
23
 Tlemcen Min 7 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 3 °C Max 18 °C
30
 Saïda Min 2 °C Max 17 °C
30
 Annaba Min 6 °C Max 18 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 21 °C
30
 Ouargla Min 5 °C Max 16 °C
30
 Oran Min 7 °C Max 19 °C
30
 Illizi Min 7 °C Max 22 °C
34
 Tindouf Min 6 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 0 °C Max 15 °C
34
 Mila Min 2 °C Max 17 °C
30
 Ghardaïa Min 4 °C Max 17 °C
30
Accueil |Nationale |

TRANSPORTS DESSERVANT LA VILLE DE TIZI OUZOU

Cacophonie au "privé"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les usagers se plaignent des pratiques anarchiques des bus privésLes usagers se plaignent des pratiques anarchiques des bus privés

Si les bus de l'Etusto font un travail hautement professionnel, les usagers se plaignent des pratiques anarchiques des bus privés qui ne parviennent pas encore à se professionnaliser.

Le transport connaît une amélioration visible dans la ville de Tizi Ouzou. Le transport urbain est parmi les points à mettre à l'actif du plan de transport, lancé il y a plusieurs années. Mais, bien que les usagers reconnaissent ces points positifs, il n'en demeure pas moins que beaucoup de lacunes sont visibles de façon flagrante. Si les bus de l'Etusto font un travail hautement professionnel, les usagers se plaignent des pratiques anarchiques des bus privés qui ne parviennent pas encore à se professionnaliser. Ce transport plus cher et de moindre qualité cause beaucoup de désagréments aux usagers.
Aussi, pour voir de près, ces anomalies décriées au quotidien par les citoyens, une virée à l'intérieur des bus privés assurant différentes lignes à travers les rues de la ville et de la Nouvelle-Ville de Tizi Ouzou s'impose. Nous avons choisi de commencer notre périple à la gare intermédiaire de Boukhalfa. Des discussions spontanées avec les voyageurs renseignent déjà, sur le décalage des transporteurs privés par rapport au professionnalisme de l'Etusto. «La sécurité existe même dans ces bus privés, mais la qualité est vraiment très basse. Certains bus ne respectent même pas les premières conditions d'hygiène» affirme un voyageur qui n'arrive pas à trouver le bus qu'il faut dans ce brouhaha fait par les receveurs. C'est d'ailleurs, l'une des tares reprochées aux transporteurs. «On dirait qu'ils sont obligés de crier et de hurler pour que les voyageurs montent. Ils ont transformé les gares en marchés de fruits et légumes. Je ne supporte pas ces hurlements inutiles. Les gens savent que c'est un bus et ils monteront s'ils en ont envie», réclame une dame qui se bouche les oreilles pour attendre la navette souhaitée.
Mais hélas, le plus gros des tracasseries nous attendait encore. Nous avons pris le bus pour Annal Amellal, dans la Nouvelle-Ville. A peine installé, une bagarre éclate entre le receveur et un voyageur qui ne semble pas accepter les paroles de son interlocuteur. «Non! Je n'ai pas à te dire de t'arrêter. Je n'ai pas à crier. Tu as un arrêt, tu le marques. Un point c'est tout. On n'a rien à se dire toi et moi», crie le pauvre voyageur qui a raté l'arrêt souhaité. En fait, l'histoire n'est pas si simple que ça. Lorsque nous avons demandé à comprendre le pourquoi du comment, il s'est avéré que les transports privés, voire même, quelques cas de conducteurs de l'Etusto rechignent à marquer certains arrêts où il n'y a généralement pas beaucoup de voyageurs qui montent. Ces arrêts sont souvent sautés; pour éviter des remontrances, les receveurs demandent aux usagers de signaler oralement leur souhait de descendre dans l'un de ces arrêts. Or, la loi oblige ce transporteur à marquer l'arrêt, même s'il n'y a pas de voyageur qui demande. C'est après cette explication que nous avons compris la cause de la dispute entre le voyageur et le receveur. Des cas de rixes pour ce motif sont légion. Les usagers appellent d'ailleurs les services des transports à surveiller les arrêts, car des transporteurs ne veulent même pas les marquer. Beaucoup de voyageurs se sont fait monter les bretelles par des receveurs violents alors que c'est un droit de descendre ou de monter dans un arrêt sans le demander ou le crier. «Justement, à propos de ces receveurs, les services concernés doivent obliger les transporteurs privés à être très regardants sur la qualité lors des recrutements. Beaucoup de ces receveurs font peur aux voyageurs par leurs tenues vestimentaires et leurs comportements. C'est complètement fou. Regarder les receveurs de l'Etusto. Ils ont leur tenue et on sait qu'on est en face d'un receveur», a affirmé un jeune voyageur. Pour beaucoup de personnes, ces derniers doivent s'habiller d'abord pour se distinguer des autres voyageurs. Un propriétaire d'un bus peut bien se charger de confectionner une tenue pour ses receveurs, affirment beaucoup de voyageurs.
Enfin, signalons aussi un phénomène bizarre que nous avons vu dans certains bus. De la musique à faire éclater les oreilles est diffusée dans le bus sans le consentement des voyageurs. «Dans les pays développés, on met à la disposition des citoyens des bibliobus pour permettre au maximum d'accéder à la lecture. Mais ici, on met à notre disposition des discobus pour nous apprendre à danser avant d'aller au travail. C'est malheureux pour l'Algérie et c'est malheureux pour nous», s'exclame un vieil homme indigné à cause de la forte musique qui émane du bus.
Enfin, cette virée montre si besoin est que le transport est une activité qui nécessite une formation. Le professionnalisme est inexistant chez les transporteurs privés. C'est pourquoi, beaucoup espèrent plus de formation pour les conducteurs comme les receveurs, pour plus de professionnalisme. Le transport privé rend un grand service à la communauté et il mérite une amélioration.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha