Prévisions pour le 20 Octobre 2018

 Adrar Min 17 °C Max 27 °C
28
 Laghouat Min 10 °C Max 20 °C
30
 Batna Min 10 °C Max 21 °C
30
 Biskra Min 17 °C Max 27 °C
30
 Tamanrasset Min 19 °C Max 31 °C
28
 Tlemcen Min 11 °C Max 25 °C
30
 Alger Min 15 °C Max 26 °C
32
 Saïda Min 13 °C Max 26 °C
23
 Annaba Min 17 °C Max 23 °C
28
 Mascara Min 12 °C Max 27 °C
32
 Ouargla Min 15 °C Max 28 °C
30
 Oran Min 16 °C Max 26 °C
30
 Illizi Min 20 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 14 °C Max 26 °C
32
 Khenchela Min 10 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 13 °C Max 23 °C
28
 Ghardaïa Min 14 °C Max 23 °C
28
Accueil |Nationale |

LA MÉDIATION JUDICIAIRE EST PEU DÉVELOPPÉE EN ALGÉRIE

Une profession à la traîne

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le règlement des litiges demeure infimeLe règlement des litiges demeure infime

Près de 480 médiateurs judiciaires ont été formés. Une prochaine session de formation sera organisée avant la fin de l'année en cours.

A l'occasion de la célébration du 13e anniversaire de l'adoption de la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale, le président de l'Association des médiateurs judiciaires, Ali Boukhelkhal, a insisté hier à Alger, sur la nécessité de développer les principes inclus dans cette convention, pour une meilleure application sur le terrain. «Les concepts qu'elle comprend doivent être soumis à des étude approfondies», a-t-il souligné en marge d'une conférence de presse au forum d'El Moudjahid. Il explique que la mise en oeuvre des concepts étudiés de cette charte est le seul garant pouvant mener à l'instauration d'un «Etat civil moderne» au sens propre du terme. Pour cela, poursuit-il, il faut d'ores et déjà, redonner de nouvelles dimensions à ladite charte, ce qui implique dans un premier temps «une médiation judiciaire complète» car celle-ci représente un élément essentiel dans l'édification d'un Etat civil, a ajouté l'intervenant.
S'étalant sur ce point précis, Ali Boukhelkhal regrettera le fait que le taux de recours à la médiation judiciaire en Algérie pour le règlement des litiges demeure infime, rappelant à ce propos que «seulement 15% des affaires sont résolues dans notre pays à travers cette méthode». Il soutient pourtant que cette forme de règlement des conflits existe depuis 2009 dans notre pays. Par ailleurs, son application a débuté officiellement en 2013. Le président de l'association a indiqué dans ce sens que près de 480 médiateurs judiciaires ont été déjà formés, avançant le fait qu'une deuxième session sera organisée avant la fin de l'année en cours «l'objectif étant d'arriver à former quelque 1 000 médiateurs d'ici la fin 2018», souligne-t-il.
Faisant brièvement un bref récapitulatif du bilan du travail accompli par son association dans ce domaine, Ali Boukhelkhal a d'abord tenu à dire que son organisation ne véhicule aucune idéologie politique. Partant de là, il est remonté au moment où cette dernière fut fondée en janvier 2013; «depuis sa création, certains adhérents à cette association ont malheureusement beaucoup contribué à freiner nos réelles motivations» la machine a ainsi mis du temps à démarrer. Cependant, Ali Boukhelkhal s'est dit plutôt satisfait dans l'ensemble, des actions menées jusque-là par son association, une fois les véritables objectifs fixés. Il a également indiqué que son organisation compte plusieurs membres dans divers domaines, à l'instar d'enseignants à l'université, de médecins et d'architectes. Ali Boukhelkhal déplorera au passage le fait qu'il n'y ait pas d'avantage d'avocats dans leur cercle. «Leur présence aurait eu un apport bénéfique à notre association», estime-t-il.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha