Prévisions pour le 18 Octobre 2018

 Adrar Min 17 °C Max 28 °C
32
 Laghouat Min 11 °C Max 20 °C
32
 Batna Min 11 °C Max 18 °C
11
 Biskra Min 17 °C Max 26 °C
30
 Tamanrasset Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 9 °C Max 22 °C
11
 Alger Min 16 °C Max 22 °C
11
 Saïda Min 8 °C Max 24 °C
12
 Annaba Min 17 °C Max 21 °C
47
 Mascara Min 12 °C Max 22 °C
39
 Ouargla Min 15 °C Max 26 °C
32
 Oran Min 16 °C Max 25 °C
39
 Illizi Min 19 °C Max 33 °C
32
 Tindouf Min 16 °C Max 30 °C
30
 Khenchela Min 10 °C Max 16 °C
11
 Mila Min 14 °C Max 18 °C
11
 Ghardaïa Min 13 °C Max 23 °C
32
Accueil |Nationale |

LE PROFESSEUR ET EXPERT, CHEMS EDDINE CHITOUR, À L'EXPRESSION

"Les facteurs géopolitiques ont pris le dessus"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Dans l'entretien qu'il nous a accordé, le professeur Chems Eddine Chitour revient sur les tenants et les aboutissants de la réunion du Jmmc et plus globalement des enjeux qui entourent le marché international de l'or noir.

L'Expression: Quelle lecture faites-vous de la réunion, hier à Alger, du Comité interministériel de suivi de la production pétrolière de l'Opep?

Chems Eddine Chitour:
Pour l'Algérie, c'est un honneur de pouvoir être en quelque sorte une référence pour l'Opep. Il y a lieu de rappeler qu'il y a deux ans de cela, l'accord d'Alger avait sauvé provisoirement les pays de l'Opep, pour avoir abouti à un accord sur le plafond de production. Ceci a permis de stabiliser les prix et amener entre 78 et 79 dollars le baril. Donc, c'est un point positif pour l'Algérie. Ceci étant dit, la conjoncture est différente, parce qu'il y a un élément qui fait que les choses ont pris une autre tournure, à savoir la politique américaine. L'administration Trump, et comme vous le savez, Trump a comme objectif de diminuer le rôle de l'Opep, d'ailleurs dans son dernier «twitt», il y a de cela pas plus de 48 heures, il a sommé l'Opep de baisser les prix. Comment l'Opep doit baisser les prix? c'est aussi simple pour lui, c'est d'ouvrir les vannes.

Donc, c'est la surproduction...
C'est exactement cela. Mais ce qui est curieux, c'est que les Américains sont devenus le premier producteur dans le monde. En principe, les Américains seront favorisés par un prix du pétrole élevé, mais dans la stratégie de Trump, il y a le facteur politique qui est plus important que le facteur économique. A travers ce choix, les Etats-Unis veulent étouffer l'Iran. La meilleure manière de le faire, c'est d'ouvrir les vannes.

Les sanctions contre l'Iran entreront bientôt en vigueur. Dans quelle mesure cela influera sur le marché pétrolier et par ricochet sur les prix?
Les sanctions américaines impacteront un volume de production de 3,9 millions de barils par jour. C'est dire que les clients occidentaux de l'Iran auront de sérieuses retombées en la matière.
L'Iran est en train de s'adresser à la Chine. Qu'est-ce qui va se passer dans ces conditions? Par la force des choses, il y aura un dumping, ce qui va pousser l'Iran à vendre même à un prix très en dessous de celui du marché. C'est dans l'intérêt de l'Iran de vendre même à bas prix pour faire face aux sanctions qui vont s'abattre contre lui.

Donc, ce n'est plus la règle de l'offre et de la demande qui régente le marché pétrolier, c'est la géopolitique qui impose ses règles, n'est-ce pas?
Il faut sortir de l'idée d'Adam Smith, à savoir que ce sont les fondamentaux de ce qui est appelée communément, la main invisible du marché. Tout ça n'existe plus dans le monde d'aujourd'hui. Les facteurs géopolitiques ont pris le dessus, et dans ces mêmes conditions les pays de l'Opep sont en train de voir d'où vient le vent.
Pour être clair, ils ne savent plus s'il faut ouvrir ou fermer les vannes. Surtout les pays dont leurs économies sont basées sur la rente, les retombées seront néfastes, notamment un pays comme l'Algérie où ses exportations dépendent surtout des hydrocarbures. Et si ces pays de l'Opep essayent de gérer le statu quo, auront affaire à Trump.

Selon certains experts, le maintien des prix du pétrole à un seuil ne dépassant pas les 79 à 80 dollars cela arrangera tous les protagonistes. Que pensez-vous de cette approche?
Apparemment ce n'est pas vrai. Puisque Trump a ordonné d'ouvrir les vannes. Et si les pays membres de l'Opep maintiennent leur quota et consolideront l'accord, cela signifie que lesdits pays membres de l'Opep déclareront la guerre aux Etats-Unis. Ils ne peuvent pas déclarer la guerre aux Etats-Unis puisque le représentant des Etats-Unis au sein de l'Opep c'est l'Arabie saoudite.
Ce n'est plus le temps où l'Algérie et les autres pays membres de l'Opep avaient de la stature sur le plan politique et pas uniquement en termes de volume. Ce n'est plus le rôle de locomotive du temps de Belaïd Abdesselam et de Zaki Yamani.

De quelle manière l'Algérie pourrait tirer profit de ce «brouillamini» qui caractérise le marché pétrolier et quelles sont les alternatives concrètes en mesure de permettre au pays de défendre ses intérêts sur le plan géopolitique?
Pour moi, il ne faut pas que l'Algérie de Novembre indexe son avenir sur un prix de baril erratique. Ça c'est très important. Donc, il faut changer le fusil d'épaule. Il y a de cela 22 ans exactement, j'ai dit que l'Algérie n'a rien à voir dans l'Opep. L'Algérie n'est pas un pays rentier, l'Algérie a une ambition de développer le pays, il faut tourner le dos au pétrole, il faut aller vers la transition énergétique. C'est cela un projet social pour lequel la société civile doit être mise de l'avant afin de réussir ce projet et cette stratégie de développement.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha