Prévisions pour le 19 Octobre 2018

 Adrar Min 17 °C Max 32 °C
30
 Laghouat Min 8 °C Max 22 °C
30
 Batna Min 8 °C Max 20 °C
28
 Biskra Min 16 °C Max 26 °C
30
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
34
 Tlemcen Min 8 °C Max 16 °C
11
 Alger Min 14 °C Max 22 °C
34
 Saïda Min 8 °C Max 23 °C
11
 Annaba Min 17 °C Max 24 °C
12
 Mascara Min 10 °C Max 20 °C
11
 Ouargla Min 15 °C Max 28 °C
30
 Oran Min 14 °C Max 21 °C
11
 Illizi Min 18 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 13 °C Max 25 °C
23
 Khenchela Min 10 °C Max 18 °C
28
 Mila Min 13 °C Max 21 °C
28
 Ghardaïa Min 12 °C Max 25 °C
30
Accueil |Nationale |

JOURNÉE MONDIALE DE LA LUTTE CONTRE LA RAGE

La prévention avant tout

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les chiens errants, un danger permanentLes chiens errants, un danger permanent

Les risques ou encore les moyens de s'en prémunir restent pour une bonne partie de nos concitoyens, totalement méconnus.

La rage en Algérie continue de se manifester. Cette infection mortelle entraîne annuellement entre 15 à 20 cas cliniques et près de 120.000 cas de morsures d'animaux. Pourtant, les risques ou encore les moyens de s'en prémunir restent pour une bonne partie de nos concitoyens, totalement méconnus. Dans le but d'apporter davantage d'éclaircissements sur la prévention contre cette maladie, une journée de formation et d'information sur la rage a été organisée avant-hier à l'Institut national de santé publique (Insp). Les membres du comité d'experts composé entre autres d'épidémiologistes et d'infectiologues, ont tenté à travers leurs interventions de donner au grand public de meilleures notions sur le sujet, à des fins de sensibilisation. Ces derniers ont au préalable, longuement insisté sur l'importance du volet préventif contre cette infection.
Le docteur Abed Haliche, maître-assistante à l'hôpital d'El Kettar (Alger) a dans ce sens, fait savoir qu'une fois la période d'incubation passée, il est «impossible d'éliminer la rage si elle a atteint le système nerveux», ajoutant que ce laps de temps peut prendre 10, 15, voire 20 jours. Dans certains cas, «bien plus rares», cette période peut s'étaler sur des mois. Elle fait ainsi savoir que la particularité de transmission de la rage est que son cheminement se fait «à travers les filets nerveux et qu'elle affecte de ce fait directement le cerveau». L'intervenante explique encore que si une personne est mordue par un chien ou griffée par un chat, le premier réflexe qu'elle doit avoir «est de rincer la plaie à l'eau abondamment et intensément pendant au moins 15minutes». Et ce, en utilisant des solutions savonneuses ou iodeuses, car avance-t-elle, cela contribue à affaiblir le niveau de gravité de la lésion. S'il s'agit d'une blessure profonde poursuit-elle, en sus de ce premier geste, la personne doit se diriger rapidement vers le centre de santé le plus proche pour qu'elle soit prise en charge dans les temps.
Le docteur Soufi de l'institut Pasteur d'Alger (IPA) a précisé de son côté, que la rage est un problème de santé datant de plus de 400.000 ans. Il expliquera en s'appuyant sur les données de l'Organisation mondiale de la santé, qu'en Algérie, le chien est à l'origine de 99% des cas de rage. Il prévient en outre, qu'il ne faut jamais négliger une lésion qui paraît anodine et superficielle, soutenant que la gravité de la blessure ne se mesure pas à sa profondeur. Le docteur Soufi, releva en outre que les Algériens ont aussi tendance à faire passer la vaccination de leurs animaux domestiques au second plan. Or, soutient-il, «faire vacciner son chat ou son chien est d'une importance capitale», regrettant que cette culture soit encore peu propagée au sein de notre société.
Par ailleurs, les spécialistes ont tenu à dire que la lutte contre la rage n'est pas seulement l'apanage des acteurs de la santé. Tous les secteurs sont concernés tant l'existence de la rage revient à plusieurs facteurs ne relevant pas du secteur de la santé. A ce titre, ils ont relevé le phénomène des chiens errants, qui ne cesse de prendre de l'ampleur dans nos villes. Ces derniers sont, par conséquent, en contact permanent avec des enfants et autres. Ils risquent ainsi à tout moment de se faire mordre par ces molosses. Selon ces spécialistes, cela est dû au manque de fourrières canines, mais aussi à la propagation de la saleté sur les voies publiques (ordures ménagères). Autant d'éléments qui ont favorisé l'éclosion de ce problème.
Par ailleurs, concernant l'aspect de la prise en charge, les membres du comité d'expert ont informé qu'il existe des vaccins sûrs et efficaces à administrer après une morsure ou une griffure par un animal susceptible d'être enragé.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha