Prévisions pour le 20 Decembre 2018

 Adrar Min 8 °C Max 22 °C
32
 Laghouat Min 2 °C Max 16 °C
30
 Batna Min 1 °C Max 13 °C
28
 Biskra Min 4 °C Max 21 °C
28
 Tamanrasset Min 8 °C Max 18 °C
30
 Tlemcen Min 6 °C Max 12 °C
28
 Alger Min 8 °C Max 17 °C
28
 Saïda Min 4 °C Max 14 °C
28
 Annaba Min 8 °C Max 17 °C
28
 Mascara Min 6 °C Max 17 °C
28
 Ouargla Min 2 °C Max 16 °C
32
 Oran Min 10 °C Max 17 °C
28
 Illizi Min 8 °C Max 23 °C
28
 Tindouf Min 6 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 2 °C Max 13 °C
30
 Mila Min 5 °C Max 16 °C
39
 Ghardaïa Min 5 °C Max 17 °C
30
Accueil |Nationale |

TROIS POTENTIELS CANDIDATS À LA PRÉSIDENCE DE L'APN

Qui remplacera Bouhadja?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Tous les signaux qui parviennent de nombreux cercles donnent l'homme quasiment fini politiquementTous les signaux qui parviennent de nombreux cercles donnent l'homme quasiment fini politiquement

La personnalité de l'ancien ministre de l'Agriculture et la campagne remarquable qu'il avait menée lors des législatives, en avaient fait le favori d'une bonne partie de la base du FLN.

Il n'a fait aucune déclaration à la presse à sa sortie, hier en fin de journée, du siège de l'Assemblée nationale où l'attendaient de nombreux journalistes. Bouhadja a préféré maintenir le suspense, mais ses heures à la tête de l'APN sont comptées. Les informations qui parviennent à L'Expression de sources concordantes, parlent d'un accord de démission qui devrait intervenir d'un instant à l'autre. Reçu ou pas à la Présidence, comme l'attestent quelques sites Internet d'information, visiblement assez proches du premier cercle du président de l'Assemblée, tous les signaux qui parviennent de nombreux cercles donnent l'homme quasiment fini politiquement. D'ailleurs, dans les «salons d'initiés», l'incident Saïd Bouhadja est déjà relégué au second plan. Les députés les plus influents du RND et du FLN ont déjà commencé un véritable travail de lobbying en faveur de leurs poulains. Des tractations vont bon train et des noms sont avancés. Plus d'une dizaine de prétendants ont affiché leur volonté de remplacer Bouhadja. La plupart de ces candidats sont naturellement issus des rangs du FLN. Les conciliabules dans les coulisses de l'Assemblée, mais également dans les états-majors des deux partis qui se partagent la majorité à l'Assemblée, ont permis de retirer sept noms, pour n'en garder que trois, affirment des sources proches d'une des deux formations du pouvoir. On parle de deux députés du FLN, Mohamed Djellab, 67 ans, et Sid Ahmed Ferroukhi, 51 ans. Les deux hommes ont pour eux l'expérience gouvernementale et l'engagement parlementaire. Le choix de ces deux candidatures adoubées, disent nos sources, par une majorité de députés du vieux parti, se justifie aussi par le tempérament des deux hommes et leur ouverture d'esprit. Les mêmes sources notent également une réelle aptitude des deux ex-ministres à bien appréhender la complexité de beaucoup de dossiers économiques, liés notamment à l'international. Bien que le sujet ne paraisse pas encore prioritaire au niveau de la diplomatie parlementaire, il reste que les compétences économiques des deux candidats du FLN semblent sérieusement peser sur la balance. Ces deux options sont vraisemblables notent nos sources, sachant que les deux noms, Mohamed Djellab et Sid Ahmed Ferroukhi, avaient circulé comme ceux de potentiels successeurs à Mohamed Larbi Ould Khelifa, à la fin de son mandat en 2017. Faut-il rappeler à ce propos, que Sid Ahmed Ferroukhi était donné à la tête de l'Assemblée, quelques heures avant la nomination de Saïd Bouhadja? La personnalité de l'ancien ministre de l'Agriculture et la campagne remarquable qu'il avait menée lors des législatives, en avaient fait le favori d'une bonne partie de la base du FLN qui voyait en lui, le signe du renouveau promis par le pouvoir. Mais l'option Ferroukhi a laissé place à celle d'un Saïd Bouhadja, qu'on disait docile et effacé, mais qui s'est révélé bien plus «malin» qu'on aurait pu le penser.A cette double candidature potentielle du FLN, nos sources y adjoignent une autre personnalité politique. Il s'agit du porte-parole du RND, Chiheb Seddik, un fidèle parmi les fidèles et qui passe pour être l'un des principaux collaborateurs du secrétaire général du RND et non moins Premier ministre. Le nom de Chiheb n'est pas sorti d'un «chapeau de magicien», insistent nos sources, soulignant qu'un deal pourrait être fait au sein d'une majorité élargie de la majorité parlementaire, avec une sorte de division des tâches qui donnerait un nouveau souffle à l'alliance présidentielle, en passe de construire le Front populaire solide. Cette candidature qui pourrait faire l'unanimité au sein des cinq formations politiques, qui font le socle du pouvoir législatif, repose sur une vision qui va, dit-on, au-delà des simples équilibres des forces au sein du système politique national. Une volonté d'ouverture, miroitent nos sources, susceptible de renforcer les assises du pouvoir à travers une meilleure ventilation de pas mal de ses cadres. Dans tous les cas de figure, l'idée selon laquelle, il est grand temps d'organiser l'entrée du pays dans une nouvelle ère fait son bonhomme de chemin au sein des états-majors des partis de l'alliance présidentielle.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha