Prévisions pour le 20 Decembre 2018

 Adrar Min 8 °C Max 22 °C
32
 Laghouat Min 3 °C Max 16 °C
30
 Batna Min 1 °C Max 14 °C
28
 Biskra Min 3 °C Max 21 °C
28
 Tamanrasset Min 7 °C Max 18 °C
30
 Tlemcen Min 6 °C Max 12 °C
28
 Alger Min 7 °C Max 17 °C
12
 Saïda Min 3 °C Max 13 °C
28
 Annaba Min 8 °C Max 17 °C
28
 Mascara Min 6 °C Max 16 °C
28
 Ouargla Min 2 °C Max 16 °C
32
 Oran Min 9 °C Max 17 °C
28
 Illizi Min 8 °C Max 23 °C
30
 Tindouf Min 6 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 2 °C Max 13 °C
30
 Mila Min 4 °C Max 16 °C
28
 Ghardaïa Min 5 °C Max 17 °C
30
Accueil |Nationale |

CONFUSION AUTOUR DE LA DÉMISSION DE OULD ABBÈS DU FLN

Les clés de l'énigme

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Ould Abbès se présente en sa qualité de secrétaire général du FLNOuld Abbès se présente en sa qualité de secrétaire général du FLN

Le secrétaire général du FLN n'a pas démissionné de son poste et est actuellement «en période de repos après un malaise». La source officielle de l'APS a-t-elle voulu imposer un «congé d'office» à Ould Abbès?

Imbroglio. La maison FLN est en plein labyrinthe. A ne rien comprendre. Djamel Ould Abbès vient de rendre public un communiqué pour démentir tout ce qui a été dit depuis l'annonce de son départ pour cause de «maladie». Dans ledit communiqué, Djamel Ould Abbès se présente en sa qualité de secrétaire général du FLN et dément de fait donc, sa démission. Il annonce qu'il est actuellement «en période de repos après un malaise». Le patron du FLN a ensuite apporté un démenti formel à tout ce qui lui a été prêté comme propos dans la presse, soulignant qu'il n'a fait aucune déclaration aux médias et qu'il ne s'agit là que de «rumeurs». Ce communiqué pousse à des questionnements légitimes. Pourquoi a-t-il été rendu public le jour même du déroulement des primaires des sénatoriales d'Alger auxquelles l'actuel intérimaire du FLN, Mouad Bouchareb, n'a pas assisté? Plus qu'un démenti donc aux médias, le communiqué semble porter en son sein des messages codés. Ould Abbès, qui laisse entendre qu'il n'a à aucun moment démissionné de son poste, a été conforté dans sa déclaration par le chef du groupe parlementaire du FLN à l'APN, Mohamed Bouabdellah qui a également affirmé, hier, au siège du parti, que «le secrétaire général ne s'est ni retiré ni il a démissionné». Et pourtant, l'agence de presse (APS) qui est l'agence officielle d'information, a rapporté la démission du secrétaire général du FLN en citant «une source officielle». Lorsqu'une agence officielle cite une source officielle, le doute n'a plus sa place! Aujourd'hui, il semble bien que si. Il faut dire que l'annonce de la démission de Ould Abbès de son poste de secrétaire général du FLN a provoqué l'incompréhension et une cacophonie totale au sommet du parti.
«C'est faux, il n'a pas démissionné», a déclaré Ahmed Boumehdi, l'un des cadres du FLN, devant les caméras de Numedia TV à sa sortie du siège du parti. Abdelmalek Boudiaf, ancien ministre de la Santé et membre du bureau politique du FLN, a dit, quant à lui, qu'il n'était pas au courant de cette démission. Vingt-quatre heures après ce départ surprenant, une autre source proche du parti a affirmé à L'Expression que Djamel Ouled Abbès était réellement malade et avait besoin d'une période de convalescence et que c'est «le président du FLN qui a désigné son intérimaire dans l'urgence en raison des échéances électorales importantes attendues». Si Ould Abbès n'a pas démissionné de son poste pourquoi a-t-on donc annoncé son départ «officiellement»? Alors même que ce départ n'a été annoncé ni par un communiqué du FLN ni par le concerné lui-même. Mieux, si Djamel Ould Abbès a présenté sa démission, à qui s'est-il adressé? Au bureau politique? Au comité central (CC)? Son communiqué, rendu public hier, confirme que le secrétaire général du FLN n'a pas décidé de partir, mais qu'il lui a été signifié de se mettre en «congé d'office». La nuance est de taille et c'est sûrement ce qui a été expliqué, en filigrane, dans le communiqué du secrétaire général du FLN. Cependant, ce dernier s'il ne dit pas qu'il a démissionné de son poste, il ne dit pas aussi qu'il a l'intention d'y rester. Il s'agit là d'un attentisme intentionnel pour se donner sûrement le temps nécessaire de dépasser certaines incompréhensions. Cet attentisme donne cette impression de déjà-vu, déjà vécu. En effet, le simple observateur de la scène politique ne peut s'empêcher, toutes proportions gardées, de faire le parallèle avec le feuilleton du départ de l'ex-président de l'Assemblée, populaire nationale, Saïd Bouhadja. Certes, le départ de ce dernier a été plus tumultueux, mais les deux événements ont des airs de ressemblance que ce soit par leur méthode ou par leur issue. Reste maintenant à savoir qui est derrière cette adroite stratégie dont l'objectif demeure encore flou et le résultat tout aussi confus.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha