Prévisions pour le 18 Decembre 2018

 Adrar Min 9 °C Max 22 °C
34
 Laghouat Min 1 °C Max 15 °C
32
 Batna Min -1 °C Max 13 °C
32
 Biskra Min 5 °C Max 16 °C
32
 Tamanrasset Min 8 °C Max 20 °C
23
 Tlemcen Min 7 °C Max 18 °C
32
 Alger Min 0 °C Max 18 °C
32
 Saïda Min 4 °C Max 16 °C
32
 Annaba Min 9 °C Max 16 °C
30
 Mascara Min 5 °C Max 22 °C
32
 Ouargla Min 6 °C Max 16 °C
32
 Oran Min 6 °C Max 19 °C
32
 Illizi Min 4 °C Max 21 °C
34
 Tindouf Min 6 °C Max 19 °C
32
 Khenchela Min -1 °C Max 13 °C
32
 Mila Min 2 °C Max 17 °C
34
 Ghardaïa Min 5 °C Max 15 °C
34
Accueil |Nationale |

LE PROJET CRÉERA UNE DYNAMIQUE À TRAVERS TOUT LE PAYS

Quand l'est livre ses richesses

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Quand l'est livre ses richesses

Il s'agit là d'un des plus grands projets intégrés de la décennie dont l'impact socio-économique sur le pays sera énorme. Avec ce mégaprojet, l'Algérie pourrait peut-être réussir à se désengluer de la rente pétrolière et à engendrer une synergie de développement dans tout le pays.

Extraire du phosphate de haute qualité et produire des engrais, de l'ammoniac, du silicium et autres matières utilisées dans les différentes activités économiques, ce n'est pas un rêve, mais une réalité qui va se concrétiser dans les trois prochaines années en Algérie. Si, bien évidemment, la réalisation du complexe de phosphate à l'Est vient à se concrétiser. Le lancement des travaux de ce mégaprojet, en souffrance depuis plus d'une dizaine d'années, devra, enfin, se faire lundi prochain à Tébessa en présence du Premier ministre Ahmed Ouyahia. Pour ce projet hautement stratégique pour l'économie nationale, l'Algérie représentée par Sonatrach et Asmidal-Manal, aura, cette fois-ci et contrairement aux années précédentes, les entreprises chinoises Cetic et Wingfu comme partenaires à hauteur de 49%. Le coût du complexe s'élève à près de 6 milliards de dollars répartis entre la mine de Bled El-Hadba à Tébessa (1,2 milliard de dollars), la plate-forme de Hadjer Kebrit à Souk Ahras (2,2 milliards de dollars), la plate-forme de Hadjar Essoud à Skikda (2,5 milliards de dollars) et le port de Annaba (0,2 milliard de dollars). Et pour mieux apprécier l'importance de ce projet qui va non seulement permettre à l'Algérie de diversifier ses exportations, mais aussi la mettre sur la voie du développement, il y a lieu de préciser que le projet prévoit, à son entrée en production en 2022, l'extraction de 6 millions de tonnes/an de phosphate de haute qualité de Bled El-Hadba, la production de 3 millions de tonnes d'acide phosphorique à Oued Kebrit et la réalisation d'une unité d'accompagnement pour la récupération des rejets fluorés à partir des unités de production de l'acide phosphorique, ce qui permettra de produire 60 000 tonnes d'acide fluorhydrique anhydre (AHF) et 57 000 tonnes de SIO². Il est question également de la production de 1,2 million de tonnes/an d'ammoniac et 4 millions de tonnes d'engrais, selon les explications fournies par le ministre de l'Industrie et des Mines Youcef Yousfi, lors d'une de ses interventions. Il s'agit là d'un des plus grands projets intégrés de la décennie dont l'impact socio-économique sur le pays sera énorme. Il permettra la création d'au moins 3 000 postes d'emploi directs permanents et des dizaines de milliers d'autres indirects et les retombées positives sur d'autres secteurs. A commencer par le chemins de fer. Avec un flux de production à acheminer par voie ferroviaire qui atteindra 17 millions de tonnes/an, il faudrait penser au dédoublement de la voie minière reliant Bled El-Hadba à Annaba avant 2022. Le port de Annaba prévoit également une extension de 42 ha, destinée à l'exportation des produits finis et à l'importation du soufre. Côté industrie, l'Algérie aura l'opportunité de créer une industrie manufacturière structurante et peut, en y mettant de la volonté, devenir l'un des plus grands pays exportateurs d'engrais. Selon M. Yousfi, ce complexe permettra d'exporter près de 2 milliards de dollars/an d'engrais, ce qui garantira des revenus en devises à hauteur de 1,5 à 2 milliards de dollars/an hors hydrocarbures. Autre secteur stratégique qui sera considérablement développé avec un surcroît d'engrais, est l'agriculture. Ce qui va permettre d'assurer la sécurité alimentaire et de créer une véritable toile de PME pour l'industrie agroalimentaire.
Avec un investissement de 6 milliards de dollars, ce n'est certes pas rien, l'Algérie pourrait peut-être réussir à se désengluer de la rente pétrolière, à injecter une industrialisation dans la région de l'Est du pays, mais surtout et c'est le plus important, engendrer une synergie de développement dans tout le pays.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha