Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

LA FEUILLE DE ROUTE N'EST PAS ENCORE TRACÉE

Le vieux parti tâtonne

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'ensemble des militants a accueilli positivement la démarche de Mouad BoucharebL'ensemble des militants a accueilli positivement la démarche de Mouad Bouchareb

«Pour réussir le prochain congrès il faut du temps car la crise qui secoue le FLN est très profonde», indiquent les anciens responsables de l'ex-parti unique.

Dans le contexte actuel, beaucoup de choses s'imposent au FLN pour dépasser la situation du fait accompli, légitimer la nouvelle équipe et surtout clarifier les choses. L'ensemble des militants a accueilli positivement et soutient la démarche de l'instance dirigeante, présidée par le président de l'APN, Mouad Bouchareb. Ce dernier reçoit tellement de militants et cadres du parti qu'il a été contraint de limiter le temps consacré à ses hôtes. La feuille de route qui découlera de ses entretiens sera connu durant les jours à venir. Les cadres du parti prennent acte de cette démarche non exclusive. Des anciens dirigeants du vieux parti plaident pour un congrès extraordinaire «responsable». «Pour réussir le prochain congrès il faut du temps car la crise qui secoue le FLN est très profonde», indiquent les anciens responsables de l'ex-parti unique. Ces derniers, à l'image de Abdelkrim Abada souhaitent que ce congrès soit tenu après la présidentielle d'avril 2019, pour éviter le «bâclage», à l'image de ce qui est advenu des IXe et Xe congrès. S'ils se disent «optimistes» de pouvoir remettre le parti sur les rails et le reconstruire avec ses militants authentiques, en revanche ils refusent de voir rééditer les dernières assises qui ressemblaient plutôt à des «meetings» qu'à des congrès dignes de ce nom. Du point de vue d'autres, «il y a des échéances très importantes qui commandent l'urgence de ce rendez-vous organique» Selon d'autres «au stade actuel des premières approches rien de concret n'a été encore discuté». Toutefois, estime l'ancien porte-parole du FLN, en l'occurrence Kassa Aïssa: «Avec le nouveau mandat pour le président, qui se prépare, comme nouvelle perspective, le parti doit revoir sa situation organique et se mettre au diapason de la nouvelle conjoncture.» «Dans sa démarche actuelle, Mouad Bouchareb devrait prendre en compte les deux urgences de l'heure qui sont indiscutables, à savoir les sénatoriales prévues le 29 décembre prochain et la présidentielle du printemps prochain», ajoute-t-il encore. «L'onction des militants aux nouvelles structures et instances du parti est primordiale», selon Kassa Aïssa. Pour Salah Goudjil, «il faut donner la parole à la base et réfléchir en termes de présent et de futur du parti car il est question de la pérennité du FLN». Ce sénateur du tiers présidentiel plaide pour l'organisation d' «un congrès ordinaire ou une conférence nationale car le congrès extraordinaire ne change pas les structures et les instances du parti, puisque un seul point sera inscrit à l'ordre du jour, à savoir élire le nouveau comité central qui élira à son tour le secrétaire général du parti». Pour notre interlocuteur «la situation reste compliquée». «Certes, le parti doit se préparer en perspective de la présidentielle, mais il ne doit pas être conditionné par cette échéance.» Pour rappel, le coordonnateur de l'instance dirigeante du FLN, Mouad Bouchareb, a pris langue dans le cadre des consultations avec les caciques du FLN. Après Salah Goudjil et Saliha Djefal il a rencontré ce samedi Abdelkrim Abada, le chef de file du mouvement de redressement. Il envisage de rencontrer Abderahmane Belayat et même Abdelaziz Belkhadem. Répondant à une question sur la prochaine élection présidentielle de 2019, le coordonnateur de l'instance dirigeante du FLN a souligné que la question relative à la candidature du président Abdelaziz Bouteflika lui revenait au premier degré. «Nous avons évoqué le programme que nous soutenons, et nous sommes optimistes quant à notre capacité à l'exécuter», a-t-il soutenu, ajoutant que «Abdelaziz Bouteflika se trouve au-dessus de toutes considérations partisanes et politiques et il exerce pleinement ses pouvoirs». Il a affirmé que tous «les enfants du parti sont les bienvenus sans exclusion aucune ni marginalisation». Mouad. Bouchareb a souligné que cette rencontre s'inscrivait dans le cadre du «rétablissement de la cohésion au sein du FLN à travers un nouveau départ basé sur les fondements du respect», ajoutant que l'objectif était «l'édification du parti sur des bases saines suivant le critère du militantisme».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha