Accueil |Nationale |

FORUM D'AFFAIRES ALGÉRO-SAOUDIEN

UNE MAIGRE MOISSON

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Pas de nouveaux accords signés. Il a été procédé seulement à l'inauguration «virtuelle» de 5 projets de 4 entreprises différentes.

Déception! C'est le sentiment qui ressort du Forum d'affaires algéro-saoudien, organisé, hier, à Alger, en marge de la «virée» algérienne du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane. La petite salle du Centre international de presse (CIC) Abdelatif Rahal qui a été réservée à cet événement et le nombre «restreint» d'hommes d'affaires, des deux pays, présents laissent entrevoir une telle désillusion, mais le ministre de l'Industrie algérien et son homologue saoudien ont dissipé cette appréhension.
A l'ouverture de cet événement, ils ont insisté sur le fait que les relations économiques des deux pays doivent être portées au même niveau que celui politique. «C'est-à-dire à l'excellence», ont-ils insisté. En vain, puisque les résultats de cette rencontre économique se sont résumés à du jus et du papier hygiénique, cela même si une entreprise du médicament ainsi qu'une entreprise spécialisée dans la pétrochimie sont venues sauver la face! Mais cela reste des plus insignifiants surtout qu'il n'y a pas de nouveaux projets paraphés. «Ce sont des projets qui ont été conclus il y a de cela quelques années. On est là pour les inaugurer», a souligné le président du Conseil saoudien des Chambres d'affaires. On a donc eu droit à une pièce théâtrale avec des inaugurations «virtuelle» de cinq projets de quatre entreprises différentes. Chose qui semblait pourtant rendre «fier» cet homme d'affaires saoudien. Même s'il précise qu'il n'y avait pas de signatures prévues lors de cette session, il se montre confiant quant à la concrétisation prochaine de nouveaux projets. «Les B 2 B d'aujourd'hui sont là pour lier des contacts qui devraient aboutir à la mise en place de nouveaux projets qui vont contribuer au développement de l'Algérie», a soutenu le chef de la délégation économique saoudienne. Celui qui affirme que les hommes d'affaires de son pays ont compris le message des autorités algériennes qui est le «made in bladi» à tout prix, révèle les secteurs qui intéressent les hommes d'affaires de son pays. Il s'agit des hydrocarbures, la pétrochimie, le tourisme, l'agriculture et le domaine médical. Chose que confirme le ministre saoudien du commerce et de l'Investissement Madjd Abdellah Al Qasabi. «L'Algérie dispose d'atouts indéniables qui font d'elle un eldorado pour les investisseurs. Notamment, qu'elle soit pour nous une porte vers l'Europe et l'Afrique», a-t-il assuré en mettant en avant le fait que les investissements saoudiens en Algérie n'ont pas dépassé les 2 milliards de dollars, alors que les échanges commerciaux ne dépassent pas les 500 millions de dollars annuellement. «Je reconnais que les investissements, saoudiens restent faibles en Algérie, mais nous avons lancé un appel à nos entreprises pour changer cette tendance», a-t-il assuré. Chose qui semble avoir convaincu Youcef Yousfi. «Le niveau des échanges économiques des deux pays n'est pas digne du niveau d'entente politique.
Le secteur de l'industrie est le maillon fort de ces relations économiques, nous comptons le booster en attirant plus de 1500 milliards de dinars d'investissements en concrétisant plus de 700 projets dans, entre autres, les industries de transformation, la pétrochimie et l'agroalimentaire...», a insisté Yousfi. La balle est donc dans le camp saoudien. L'Algérie veut plus que du jus et du papier... hygiénique!

Le président Bouteflika n'a pu recevoir le prince Ben Salmane à cause d'une «grippe aiguë»
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, n'a pu recevoir, comme prévu, le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohamed Ben Salmane, en visite de travail en Algérie, à cause d'une «grippe aiguë», a indiqué hier la présidence de la République dans un communiqué. «Alité du fait d'une grippe aiguë, Son Excellence Monsieur le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, n'a pu recevoir comme prévu le prince héritier d'Arabie saoudite, Son Excellence Mohamed Ben Salmane, en visite de travail en Algérie», précise la même source. «Devant cet empêchement, l'illustre invité a formulé ses meilleurs voeux de prompt rétablissement pour le chef de l'état», ajoute le communiqué.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha