Accueil |Nationale |

OUYAHIA REÇOIT LE REPRÉSENTANT DU PAPE FRANÇOIS

Algérie - Vatican: une nouvelle page

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Tête à tête Angelo Giovanni Becciu et Ahmed OuyahiaTête à tête Angelo Giovanni Becciu et Ahmed Ouyahia

Le cardinal n'a pas été reçu dans le cadre anodin d'une visite de courtoisie. Il venait de procéder à une célébration de la plus haute importance pour le Saint-Siège.

La béatification avant-hier, à Oran, des 19 religieux assassinés par le GIA, scelle une relation encore inédite entre le Vatican et l'Algérie. Même si les deux Etats ont un contact diplomatique formel, il reste que la célébration à Santa Cruz, la première du genre dans un pays musulman, renforce les liens et leur confère une dimension civilisationnelle certaine. En effet, autant il n'y a rien à attendre de ce genre de relations inter-Etat un quelconque dividende économique, autant elles peuvent constituer un très bel exemple de réconciliation inter- religieuse et un début de quelque chose de passionnant pour les musulmans et les chrétiens du monde entier.
Cette vision très optimiste du futur peut paraître utopique aux yeux de certains, elle n'a pas moins connu, hier, une application concrète. Cela s'est traduit par l'audience accordée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, au cardinal Angelo Giovanni Becciu, préfet de la Congrégation pour les causes des Saints, représentant du pape François. Cet homme de religion, mais aussi d'Etat, n'a pas été reçu dans le cadre anodin d'une visite de courtoisie. Il venait de procéder à une célébration de la plus haute importance pour le Saint-Siège dans un pays musulman. Et pas n'importe lequel, puisqu'il a traversé la pire des expériences pour finir par adopter la Réconciliation nationale comme philosophie de vie.
De fait, l'entrevue prend une dimension, autrement plus importante qu'un simple échange diplomatique. Les deux responsables savent que l'échange qu'ils ont eu est une page d'histoire que l'Algérie et le Vatican écrivent ensemble, défiant tous les extrémismes d'où qu'ils viennent.
La rencontre Ouyahia-Becciu, de même que la cérémonie chrétienne présidée par un haut représentant du clergé n'ont suscité aucune réaction négative dans la société. Ceci démontre, si besoin, la détermination des Algériens de revenir à leurs référents religieux séculaires, empreints de tolérance pour toutes les religions. Le Saint-Siège prend cette hospitalité des Algériens pour ce quelle est, à savoir, sincère et sans aucune arrière-pensée. Et au-delà du Vatican, ce sont tous les catholiques de la planète qui voient dans l'islam de l'Algérie, la preuve que les extrémistes du GIA, de Daesh et autres n'ont rien à voir avec la religion des Algériens.
Pour ce que la béatification peut représenter aux yeux des chrétiens, il convient de souligner que pour les musulmans, d'Algérie en tout cas, ce fut un moment fort et le début du deuil pour les 19 hommes et femmes qui ont sacrifié leur vie, parce qu'ils estimaient devoir partager la douleur du peuple algérien, plongé alors, dans le terrorisme aveugle des obscurantistes. L'ouverture d'esprit dont a fait montre la société algérienne s'explique donc aisément. Mais dans le même temps, c'est aussi le résultat d'un effort soutenu pour faire remonter à la surface l'islam authentique, celui des ancêtres. Cela s'est traduit sur le terrain par une série de textes législatifs qui empêche l'expression violente et promeut le vivre ensemble. A ce propos, le ministre des Affaires religieuses a annoncé l'amendement de la loi organique encadrant les associations à caractère religieux. «Nous débattons actuellement de la nouvelle loi organique sur les associations en général où un chapitre sera consacré aux associations à caractère religieux», a déclaré le ministre sur les ondes de la Radio nationale. Il précisera que ces associations «concerneront celles des mosquées ainsi que celles de culte autre que musulman». C'est dire la volonté des pouvoirs publics de ne pas faire de distinguo entre les religions. Un signe qui ne trompe pas de la volonté d'instituer le «Vivre ensemble dans la paix» dans les textes-même de la République.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha