Accueil |Nationale |

Béjaïa réveillonne dans la sérénité

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La nuit du réveillon s'est relativement bien passée à Béjaïa. Aucun incident grave n'a été signalé. La mobilisation des services de sécurité a dissuadé plus d'un fêtard à jouer à l'aventure. Dans les cités urbaines ou sur les Routes nationales, la police et la gendarmerie ont marqué leur présence dès le début de la soirée dans un élan préventif qui n'a de valeur que celui d'illustrer le souci des services de sécurité d'éviter tout dérapage en cette nuit généralement bien arrosée.
Les 640 éléments réquisitionnés par la sûreté de wilaya ont effectué des opérations de contrôle au niveau des endroits suspectés et des carrefours procédant parfois à des interpellations de personnes en état d'ivresse. Loin de verser dans une quelconque répression, les services de police conduisent sur le champ les personnes ivres au commissariat de la ville pour d'abord les dessaouler avant de les libérer dans un état lucide. Il en a été sur les routes où les automobilistes ont fait l'objet de vérification afin de prévenir tout abus. Par ailleurs, cette mobilisation des services de sécurité a permis également, la saisie de 2180 bouteilles d'alcool.
Les services de la Gendarmerie nationale dans la commune de Semaoune ont mis la main sur une importante quantité d'alcool destinée à la vente durant les fêtes de fin d'année. A la faveur d'une minutieuse enquête menée par la gendarmerie de Semaoune, dans le village Atemous, ils ont réussi à mettre fin à une affaire de transaction d'alcool informelle. Cette affaire a permis l'arrestation d'un jeune de 29 ans, originaire de Timezrite et la saisie de 2180 bouteilles d'alcool d'une valeur de 50 millions de centime. Hier matin, la ville de Béjaïa était comme morte. Très peu de circulation sur les routes.
La nuit a été longue pour beaucoup de gens que ce soit au domicile ou dans les lieux de détente. Les habitants n'ont pas du tout suivi les appels au boycott de la Saint-Sylvestre décrétée «haram» par les salafistes, même si les traditionnels signes festifs n'étaient pas au rendez-vous.
La majorité des citoyens a comme de coutume attendu l'arrivée du Nouvel An éveillée. Les gens se sont faits discrets. En ces temps qui courent, les gens vivent cachés, mais heureux.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha