L'ALGÉRIE ET LA CHINE SE FIXENT LES PROCHAINS OBJECTIFS

La recherche scientifique comme seconde étape

La recherche scientifique comme seconde étape

En décembre dernier, une convention de partenariat a été signée entre l'École nationale supérieure des sciences politiques (Alger 3) et l'université des études internationales de Shanghai (Chine).

Sitôt ses lettres d'accréditation reçues, le nouvel ambassadeur de la République populaire de Chine, Li Lianhe, est déjà sur le terrain, entamant sa mission sur les chapeaux de roue. Après avoir participé, en novembre dernier, à la cérémonie de signature d'un accord de partenariat entre les groupes algériens Sonatrach et Asmidal-Manal, et les groupes chinois dirigés par la société Citic, à Tébéssa, voilà qu'il se manifeste par une autre activité. Avant-hier, il a rencontré le ministre des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda qui l'a reçu lundi dernier. Ils ont examiné la coopération bilatérale dans les domaines de la «recherche scientifique et technologique, de formation professionnelle et de complémentarité législative», a indiqué un communiqué du ministère.
En décembre dernier, une convention de partenariat a été signée entre l'École nationale supérieure des sciences politiques (Alger 3) et l'université des études internationales de Shanghai (Chine), devant permettre un échange de services et de formations entre les universités des deux pays. Cette convention a essentiellement concerné des domaines des études en géopolitique internationale et régionale (Asie, Moyen-Orient et Afrique du Nord), langues étrangères et gestion des établissements universitaires. Cette volonté partagée s'accompagne d'actes concrets. En témoignent les projets de partenariat dans lesquels vont s'associer des sociétés chinoises et des sociétés algériennes, à l'exemple du port-Centre de Cherchell et le projet de développement de l'exploitation des phosphates et de leur transformation en engrais à travers trois complexes à l'est du pays.
M.Bedda a également mis en exergue le rôle du président de la République dans «l'instauration et la promotion des relations diplomatiques et politiques», soulignant «le caractère stratégique et solide que revêt la coopération dans les domaines commercial, économique et culturel, d'autant que l'Algérie est la porte de l'Afrique et un marché prometteur», a ajouté le communiqué. Pour sa part, l'ambassadeur chinois a salué la qualité des relations historiques entretenues par l'Algérie et la Chine et le rôle des dirigeants des deux pays dans leur consolidation et l'élargissement de leur champ, exprimant «sa pleine disposition à encourager les entreprises et les cercles officiels chinois à renforcer leurs partenariats en Algérie et ouvrir des horizons pour des partenariats globaux et durables».