Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

DES ONG MAROCAINES, AU ROI, À PROPOS DE YENNAYER

"Suivez l'exemple de Bouteflika!"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Quand le président Bouteflika inspire le roi Mohammed VIQuand le président Bouteflika inspire le roi Mohammed VI

L'officialisation de tamazight aussi bien au Maroc qu'en Algérie marque une nouvelle étape dans la décrispation vis-à-vis de ces faits culturels et linguistiques longtemps ignorés. C'est également une réelle victoire contre l'islamisme et signifie un net recul du baâthisme dans ces pays.

L'Algérie célébrera dans quelques jours, le 12 janvier prochain, le premier anniversaire de l'officialisation de Yennayer comme étant journée fériée. Cette célébration suscite une levée de boucliers chez le voisin marocain où plusieurs associations ont réclamé la reconnaissance de cette date comme jour férié. Ces associations se sont, de ce fait, directement adressées au roi Mohammed VI l'appelant à «appliquer la Constitution qui reconnaît le caractère officiel de la langue amazighe» et mettent en avant la nécessité de se conformer aux «conventions internationales qui soulignent l'importance de la préservation des cultures originelles des peuples». Elles lui suggèrent en réalité de prendre exemple sur le président Abdelaziz Bouteflika. Après une longueur d'avance instituant tamazight langue officielle depuis l'année 2011, le Maroc a marqué le pas par rapport à l'Algérie et la société civile marocaine ne comprend pas comment la langue et la culture amazighes puissent être officielles alors que Yennayer ne l'est pas au Maroc. Les ONG marocaines qui semblent déçues des résultats d'une démarche de confrontation en appelant, l'année dernière, à une grève générale pour consacrer Yennayer journée fériée, ont mûri la réflexion. Elles adoptent une démarche plus conciliante, pacifiste et surtout efficace comme celle adoptée en Algérie. Il faut dire qu'en termes de lutte pour la reconnaissance de la langue et la culture amazighes, l'Algérie, plus précisément la Kabylie bastion de cette lutte, s'est forgée une tradition incontestable. Aussi, pour revendiquer l'officialisation de Yennayer, les ONG marocaines se sont largement inspirées de l'exemple algérien. C'est pour cette raison qu'elles suivent le même processus adopté en Algérie. Il s'agit de s'adosser et de mobiliser des hommes de culture, des artistes, des journalistes et des intellectuels de tous bords et signer un appel demandant la consécration du nouvel An amazigh, Yennayer, journée de fête nationale chômée et payée. Les arguments ne manquent pas. Il y a d'abord la Constitution marocaine qui a institué tamazight comme langue nationale et officielle du royaume. Ensuite, il conviendrait de rappeler que la reconnaissance de Yennayer participera à renforcer «la cohésion de la nation et la mettra en phase avec sa profondeur historique». Il faut s'attendre à ce que le roi accède à cette demande en ce sens qu'elle relève comme pour tous les pays d'Afrique du Nord de la profondeur historique du Maroc. Longtemps ignoré, par le fait d'un aveuglement idéologique le fait amazigh a fini par s'imposer de lui-même. Mieux encore, il s'avère comme un véritable rempart contre l'extrémisme islamiste. Le combat des Amazighs pour la diversité culturelle est un pilier fondamental de la démocratie qui ne s'accomplit pas avec des extrémismes religieux ou idéologiques. Ainsi, l'officialisation de tamazight, aussi bien au Maroc qu'en Algérie, marque une nouvelle étape dans la décrispation vis-à-vis de ces faits culturels et linguistiques longtemps ignorés. C'est également une réelle victoire contre l'islamisme et signifie un net recul du baâthisme dans ces pays.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha