Accueil |Nationale |

LE CONGRÈS US AFFIRME QUE LE SAHARA OCCIDENTAL EST UN TERRITOIRE DISTINCT

Cinglant désaveu américain au Maroc

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Cinglant désaveu américain au Maroc

Un projet de loi de la Chambre des représentants stipule que les financements au titre de l'aide américaine à l'étranger seront directement versés aux Sahraouis.

Le Maroc ne pourra plus disposer de fonds américains à sa guise. Surtout lorsqu'ils sont utilisés pour piétiner les droits de l'homme. De surcroit quand ils contribuent à conforter l'annexion du Sahara occidental et à priver son peuple de se prononcer sur son destin. Le pouvoir marocain s'oppose farouchement à l'Organisation d'un référendum d'autodétermination garanti par toutes les résolutions votées par le Conseil de sécurité. L'administration américaine qui a affiché sa volonté à mettre fin au conflit du Sahara occidental dans le cadre de négociations pilotées par l'envoyé personnel de l'Organisation des Nations unies, a apporté un soutien fort à sa démarche qui doit déboucher sur une solution politique juste, assurant au peuple sahraoui le droit de s'exprimer dans le cadre d'un référendum d'autodétermination. Les Américains ne font donc qu'être conséquents vis-à-vis du dossier sahraoui. L'aide financière qui doit être attribuée au Sahara occidental ne transitera pas par le Maroc qui l'occupe. L'octroi de toute aide financière au Maroc, de surcroît lorsqu'elle touche le domaine militaire, est subordonnée au respect des droits de l'homme au Sahara occidental, stipule une loi adoptée par le Congrès au mois de décembre 2011. Ce qui est loin d'être le cas. Les militants sahraouis croupissent dans les géôles du royaume après avoir subi des tortures abominables. Le Maroc sera donc privé de la gestion de cette aide financière à travers laquelle il y voyait une caution à son projet d'autonomie qui conforte sa mainmise sur le Sahara occidental. La Chambre des représentants des Etats-Unis vient de proposer une disposition dans le projet de budget fédéral 2019 qui doit lever l'autorisation pour le Maroc d'utiliser l'aide américaine dans les territoires sahraouis occupés. Un «correctif» qui exclut sans détours toute «souveraineté» du royaume sur les territoires occupés du Sahara occidental. «A travers cette suppression, le Congrès réaffirme sans ambages que le Maroc n'a pas le statut de puissance administrante au Sahara occidental pour pouvoir gérer l'aide américaine dans ces territoires», indique une dépêche de l'APS datée d'hier. Les fonds seront rendus disponibles pour les Sahraouis après consultation entre le département d'Etat, l'Agence américaine pour le développement international et les deux commissions des finances des deux chambres du Congrès, ajoute la même source. Rappelons qu'en 2017 la commission du Sénat en charge des dotations budgétaires a dû déjà rectifier le tir. Tous les fonds accordés aux territoires sahraouis occupés seront gérés par la Mission pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental (Minurso), en consultation avec le Sénat, avait-elle affirmé dans un chapitre consacré à l'aide accordée au Sahara occidental séparé de celui du Maroc. Une décision qui souligne que le Sahara occidental est un territoire distinct du royaume. Au même titre que l'arrêt rendu par la Cour de justice européenne dans l'accord de pêche qui lie le Maroc à l'UE. Pas question donc pour l'administration américaine de reconnaître une quelconque «marocanité» au Sahara occidental qui figure sur la liste des territoires autonomes de l'ONU qui restent à décoloniser. La Commission du Sénat américain a écarté ce quiproquo. Aucun élément dans ces lois budgétaires «ne pourra être interprété comme un changement de la politique des Etats-Unis sur la question sahraouie qui consiste à trouver une solution pacifique, durable et mutuellement acceptable au conflit» avaient tenu à préciser ses membres. Le 13 décembre 2018 le conseiller à la sécurité nationale du président américain avait regretté que le référendum d'autodétermination prévu lors du cessez-le-feu de 1991 ne se soit pas tenu depuis 27 ans. «27ans de déploiement, 27 ans et la mission est toujours là, comment pouvez-vous justifier cela?», s'était interrogé John Bolton. Une interrogation qui en dit long sur la détermination des Américains à rendre justice au peuple sahraoui. Le Congrès US vient d'en faire état.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha