Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

PLAIDOIRIE DE MESSAHEL À PARTIR DE COPENHAGUE ET HELSINKI

Les messages-clés d'Alger

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le ministre des AE avec la communauté algérienne établie au DanemarkLe ministre des AE avec la communauté algérienne établie au Danemark

Les réformes engagées par le chef de l'Etat «ont permis à l'Algérie d'être, aujourd'hui, classée parmi les pays les plus performants dans divers domaines, notamment celui du développement humain».

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a rencontré, ce jeudi à Copenhague, les responsables de 11 agences spécialisées de l'ONU. Le rendez-vous est pour le moins important, d'autant que le chef de la diplomatie algérienne devait également «vendre» la robustesse de l'économie algérienne auprès des autorités danoises. Il est certain, en effet, qu'un pays qui parvient à réaliser la quasi-totalité des Objectifs du Millénaire pour le Développement est à même de prétendre au statut de partenaire sérieux. De fait, le ministre des Affaires étrangères n'était pas en mission pour convaincre les agences de l'ONU, mais simplement leur rendre compte des avancées de l'Algérie dans les domaines de leurs compétences. Les représentants de l'ONU à Copenhague n'ont pas manqué de mettre en évidence la «cofacilitation réussie» par l'Algérie et le Danemark de l'adoption par l'Onu de la réforme du système de financement du développement.
L'enjeu était de l'aligner sur le programme de développement durable à l'horizon 2030 et ce fut une mission accomplie. Abdelkader Messahel a souligné la conviction de l'Algérie pour une «réforme des Nations unies qui soit à même de renforcer le rôle de l'Assemblée générale des Nations unies et démocratiser le Conseil de sécurité où l'injustice historique infligée à l'Afrique devra être réparée». Le voeu n'est pas encore partagé par les puissances économiques et politiques de l'heure, mais l'engagement de l'Algérie demeurera constant, dira le ministre, non sans souligner l'autre «engagement» de l'Algérie, celui de «la réalisation avant terme de la quasi-totalité des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et les efforts continus pour répondre à l'ensemble des engagements pris par l'Algérie dans le cadre des Nations unies, pour lesquelles elle a toujours été un partenaire crédible et loyal». La conviction est donc claire et cet attachement aux OMD ne relève pas seulement d'une volonté de souscrire aux résolutions de l'ONU, mais d'une détermination du président de la République, dont les réformes «ont permis à l'Algérie d'être, aujourd'hui, classée parmi les pays les plus performants dans divers domaines, notamment celui du développement humain, de la bonne gouvernance, de la promotion de l'Etat de droit et de l'ancrage démocratique», soutient le ministre des Affaires étrangères.
Cette efficacité opérationnelle est aussi la conséquence d'une politique de Réconciliation nationale, axe central dans la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation. M.Messahel dira que l'Algérie «est allée plus loin dans cette démarche réconciliatrice» en étant à l'origine de l'adoption par l'Assemblée générale des Nations unies d'une résolution qui fait du 16 mai de chaque année, la Journée internationale du vivre ensemble en paix, «un concept que le président Abdelaziz Bouteflika a développé dans son discours historique devant l'UNESCO en 2005 sur le dialogue des civilisations».
La Réconciliation nationale a permis au pays d'atteindre un niveau de stabilité et de sécurité, parmi les plus élevés de la planète, même s'il évolue dans «une zone marquée par de grandes turbulences, dues notamment aux crises que connaissent certains pays du voisinage, à la persistance de la menace terroriste et au phénomène de la migration clandestine massive qui pose, lui aussi, de sérieux défis à la stabilité et à la sécurité dans la région», a indiqué M. Messahel lors d'une conférence sur l'apport de l'Algérie à la stabilisation de la région et dans le Monde arabe et son expérience dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation.
Dans sa conférence au Collège royal de Défense du Danemark, le ministre des Affaires étrangères, a souligné que «la politique de Réconciliation nationale, prônée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika et mise en oeuvre sous sa conduite avec le soutien massif, par voie référendaire, de tout le peuple algérien, sacralise la vie humaine et la place au-dessus de toute autre considération». L'expérience algérienne reste en effet, un cas d'école, puisqu'elle demeure le seul grand exemple de victoire totale contre le terrorisme, avec en prime un renforcement du sentiment national et une réconciliation inclusive qui, visiblement donne d'excellents résultats sur le terrain de la pratique politique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha