Accueil |Nationale |

PESTE DES PETITS RUMINANTS

Alerte maximale à l'est du pays

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Au moment où des centaines de cas de peste animalière sont enregistrés dans plusieurs wilayas de l'est du pays, à Annaba c'est le branle-bas de combat pour faire face à la peste des petits ruminants.

En effet, plusieurs cas de peste animalière ont été signalés à Guelma, El Tarf, Tébessa, Souk Ahras, Khenchela, Batna et Oum El Bouaghi, entre autres wilayas de la région Est du pays. Au moment où le vaccin est annoncé pour la fin du mois courant, la peste des petits ruminants a décimé quelque 1200 moutons et chèvres tués par l'épidémie. À la wilaya de Annaba et jusqu'à la mise sous presse, aucun cas de contagion n'a été signalé. Toutefois, au niveau de l'inspection vétérinaire de la direction des services agricoles de Annaba, c'est la mobilisation générale.
Toutes les mesures de prévention aux fins de préserver le cheptel ovin et caprin contre la peste des petits ruminants, ont été prises à savoir fermeture des marchés aux bestiaux et interdiction de tout mouvement et transport d'ovins et de bovins, dans toutes les circonscriptions administratives, sauf autorisation de l'inspection vétérinaire pour tout transport vers l'abattoir. Ces mêmes mesures sont également appliquées dans les wilayas affectées par le virus.
Le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche via la direction des services vétérinaires, a instruit les autorités locales des régions Est du pays du suivi strict de cette décision et de veiller à son application. À cet effet, l'inspection vétérinaire de la wilaya de Annaba, a dépêché ses brigades, dans les zones à risques où il y a une forte concentration d'ovins et de caprins à Chorfa, El Eulma, Berrahal et Aïn El Berda entre autres, pour effectuer des contrôles sur le bétail, dépistage, mise en quarantaine s'il y a lieu. Cependant, ces mesures de prévention restent insuffisantes puisque, au niveau des zones éparses (douars et hameaux), les ovins ne peuvent être contrôlés de par leur proximité avec d'autres wilayas, le cas de la wilaya d'El Tarf, où pas moins de six cas ont été enregistrés à Aïn Khiyar et la suspicion de 25 cas à Chihani, ont indiqué les services agricoles (DSA). Pour ce dernier cas, la confirmation ou l'infirmation de la contamination est tributaire des résultats des analyses. Parant à toute éventualité, la DSA a adopté les mesures de prévention, portant la fermeture des marchés hebdomadaires à bétail de Bouhadjar, Aïn Assel et Dréan pendant un mois. Pour la wilaya de Guelma il a été détecté, selon les services de la DSA, 23 cas.
En outre, il est à signaler que, la campagne de vaccination sera bientôt lancée à El Tarf et à Annaba, ce qui pourrait enrayer cette maladie mortelle.
Par ailleurs, bien que ces mêmes mesures aient été prises par les services concernés des autres wilayas de l'Est, Tébessa, Souk Ahras, Khenchela et Oum El Bouaghi ainsi que Batna, le virus se propage rapidement, provoque une mortalité entre 35 et 50% du bétail atteint. Rappelons que, depuis son apparition en octobre dernier, quelque 1200 animaux ont été décimés à l'échelle nationale, occasionnant aux éleveurs, un préjudice financier se chiffrant à des millions, qu'ils ne pourront peut-être jamais récupérer.
Par ailleurs, alors que la peste des petits ruminants sévit toujours, le vaccin ne sera disponible qu'à la fin du mois de janvier. Abdelkader Bouazghi, ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche l'a annoncé à partir de Constantine «les premiers lots de vaccin contre la peste des petits ruminants seront disponibles d'ici à la fin du mois», a-t-il indiqué.
La déclaration du commis de l'Etat, a plongé dans le désarroi les éleveurs des régions infectées, qui devront assister à la décimation de leurs bêtes sans pouvoir rien faire. Se montrant assurant, Bouazghi a indiqué que «les éleveurs rassurés touchés par l'épidémie seront indemnisés par la Mutuelle agricole, pour les autres, l'Etat évaluera les pertes avant de les compenser».
En rappelant que «le gouvernement a pris des mesures d'urgence pour l'acquisition de grandes quantités de vaccin pour surpasser l'épidémie».
Un antidote pour lequel l'Etat, a débloqué une enveloppe de 400 millions de DA.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha