Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

ALI HADDAD DEVANT LE CONGRÈS AMÉRICAIN

"Nos relations sont solides"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Photo de famille de Ali Haddad au transatlantic leadership networkPhoto de famille de Ali Haddad au transatlantic leadership network

Le patron du FCE a mis en exergue le rôle prépondérant que joue le secteur privé dans la sphère économique algérienne.

S'exprimant, hier, au Congrès américain, à l'occasion du lancement d'un livre référence sur l'Algérie, intitulé «L'Algérie et les relations transatlantiques», le président du Forum des chefs d'entreprise, Ali Haddad, a mis en exergue le rôle prépondérant que joue le secteur privé dans la sphère économique algérienne et souligné la qualité exceptionnelle des relations entre les deux pays. «La politique économique menée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a permis de créer les conditions favorables à un développement et un élargissement plus important de cette coopération», a affirmé Haddad notant que cette dynamique économique est le fruit de «la Réconciliation nationale menée sous la conduite clairvoyante de Son Excellence Monsieur le président de la République, Abdelaziz Bouteflika», grâce à laquelle «L'Algérie a rétabli sa sécurité et a pu relancer son processus de développement et jouit aujourd'hui d'une stabilité politique et sécuritaire exceptionnelles.» L'élan du développement entamé au lendemain de l'indépendance a été freiné par la crise multidimensionnelle survenue à la fin des années 1980 et le terrorisme destructeur qui a sévi tout au long des années 1990. «Après toutes ces épreuves douloureuses, aujourd'hui, l'Algérie se construit avec des institutions solides, une société civile vivace», rappelle le patron du FCE mettant en valeur «un secteur privé important évoluant dans une économie en pleine mutation et dont le processus des réformes se poursuivra et va s'accélérer pour permettre la libération de tout son potentiel». Aussi, Ali Haddad a-t-il plaidé pour plus de partenariats entre les entreprises des deux pays. «L'Algérie recèle de nombreux domaines d'investissement et des ressources naturelles importantes telles que le phosphate, le fer, le manganèse et autres, encore peu exploitées.» En plus de ces ressources, l'Algérie a des avantages comparatifs qui constituent une denrée rare de par le monde: ils tiennent en premier lieu à la stabilité et à la sécurité. «Aujourd'hui, l'Algérie a rétabli sa sécurité et pu relancer son développement grâce au processus de Réconciliation nationale mené sous la conduite clairvoyante du Président Abdelaziz Bouteflika», a relevé Haddad affirmant que le processus des réformes allait se poursuivre et s'accélérer pour permettre la libération de tout son potentiel. Au-delà de la coopération dans le domaine énergétique, les entreprises des deux pays ont concrétisé ces dernières années des projets importants dans les domaines de l'industrie, de l'agriculture et de la coopération scientifique et technique. Plaidant ainsi pour le développement du partenariat entre les deux pays, le président du FCE a indiqué qu'il se rendait, hier, en compagnie de plusieurs chefs d'entrepris dans l'Etat de Californie pour rencontrer des opérateurs américains et discuter des opportunités de partenariat.Le patron du FCE a énumèré des faits saillants historiques qui ont jalonné les rappors entre les deux pays: signature d'un traité de paix et d'amitié en 1795, l'Algérie a été l'un des tout premiers pays à reconnaître l'indépendance des Etats-Unis, en 1860, Abraham Lincoln avait exprimé sa reconnaissance pour l'Emir Abdelkader en tant que pionnier de l'intervention humanitaire pour avoir protégé des milliers de chrétiens persécutés à Damas, l'appui des Etats- Unis à l'Algérie dans sa lutte pour l'indépendance et enfin le rôle joué par la diplomatie algérienne en janvier 1981 pour libérer les 52 Américains retenus en otages en Iran.
Ce livre a été le fruit d'une collaboration entre le think tank Transatlantic Leadership Network et le FCE. Plusieurs responsables algériens et américains ont pris part à la cérémonie de lancement de ce livre à Washington. Cette cérémonie a été suivie d'un débat sur les opportunités de coopération entre l'Algérie et les Etats-Unis. Le débat a été en particulier animé par Sacha Toperich et Jonathan Roberts, respectivement vice-président et responsable des projets au think tank Transatlantic Leadership Network, Pamela Beecroft responsable des programmes au think tank Center for International Private Enterprise, Mehdi Bendimerad, vice-président du FCE, Samy Boukaila P-DG de BKL Industries et Smail Chikhoune président du Conseil d'affaires algéro-américain.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha