Accueil |Nationale |

ILS SERONT AUDITIONNÉS AUJOURD'HUI PAR LES DÉPUTÉS

7 ministres à la barre

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les députés face aux membres du gouvernementLes députés face aux membres du gouvernement

Ces membres de l'Exécutif seront interpellés sur des dossiers qui marquent une actualité brûlante. Ils vont s'atteler à les défendre. Réussiront-ils l'examen?

Leurs déclarations font polémique, la gestion de leurs subordonnés laissent souvent à désirer et les crises au coeur desquelles se débat leur secteur, les mettent sous les feux de l'actualité. Eux, ce sont les sept ministres qui doivent répondre, aujourd'hui, aux questions orales des députés. Ils devront se défendre des critiques dont ils font l'objet. Ils tenteront de convaincre. Mais réussiront-ils à le faire? Le premier à la barre sera Tayeb Zitouni, le ministre des Moudjahidine. Il devra s'expliquer, notamment sur les dossiers relatifs à la Mémoire. Les raisons du grand retard enregistré dans la prise en charge des victimes algériennes des essais nucléaires. Il est aussi attendu sur le dossier de récupération des crânes de chouhada de la résistance. A ce propos, il y a lieu de rappeler qu'une commission technique a été créée, dernièrement, et qui a visité deux fois le Musée de l'Homme à Paris. Tayeb Zitouni fera sans doute, le bilan de l'opération de recensement des sites historiques (cimetières, centres de torture du colonisateur français, postes de commandement et de réunions de l'Armée de Libération nationale et hauts faits de la Guerre de libération au niveau national) et la numérisation de toutes leurs données. En prenant place devant les élus du peuple, Abdelwahid Temmar aura sûrement à user de toute sa dextérité. Surtout si les députés décident de s'appuyer sur les multiples vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, pour évoquer certaines carences enregistrées dans la réalisation des logements. Il devra donc répondre de la négligence et de la légèreté observées dans le travail des services de contrôle des constructions. Abdelwahid Temmar sera aussi questionné sur les retards dans la réalisation de plusieurs chantiers et les programmes relatifs à l'habitat précaire. Le ministre du Commerce, quant à lui, a du pain sur la planche. Saïd Djellab doit veiller au grain, afin d'éviter que la viande contaminée ne se retrouve dans l'assiette du consommateur. Avec la fièvre aphteuse et la peste des petits ruminants, le temps n'est pas au relâchement. A cela, s'ajoutent les nombreux cas enregistrés de commercialisation de produits impropres à la consommation. Là aussi, un doigt accusateur sur le manque de contrôle sera pointé sur le ministre. Les députés interrogeront également Mohamed Hattab, dont la dernière déclaration a fait polémique. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a eu la maladresse de dire que le doyen des clubs algériens de football, c'est le MC Alger, alors que ce statut est revendiqué par le CS Constantine. La sortie médiatique du ministre a provoqué de vives réactions chez les Constantinois dont le directeur général du CSC, Tarek Arama qui n'a pas manqué de déclarer: «Le CSC a été créé en 1898, on ne peut pas falsifier l'histoire. Si le ministre détient les documents qui confirment ce qu'il a avancé, qu'il nous les ramène avec tout le respect qu'on doit à notre ministre. C'est ce genre de sujet qui nourrit la violence dans les stades.» Et à propos de violences, il y a lieu de préciser que le sujet sera également au coeur du débat, aujourd'hui après les chiffres alarmants donnés dernièrement par la Dgsn. Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zalène, et la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Iman Houda Feraoun devront également dérouler leurs réalisations. Pour Abdelghani Zalène, la qualité des réalisations sera relevée, à ne pas en douter, après la rapide détérioration de plusieurs axes routiers. Iman Houda Feraoun quant à elle, devra se défendre sur le retard enregistré pour la numérisation de toute l'Administration nationale et de tous les secteurs d'activité et ce, malgré «l'existence d'une forte volonté politique», comme elle l'avait elle-même affirmé. La ministre abordera aussi, la très épineuse question portant généralisation de paiement électronique imposée par la loi de finances et qui n'enregistre pas l'avancement souhaité. Enfin et le meilleur est pour la fin, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille, et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, sera très attendue. La ministre a limogé, il y a deux jours, le directeur d'une maison de retraite sise à Batna, qui fait l'objet d'un scandale après la parution d'une vidéo sur les réseaux sociaux. Les images diffusées étaient insoutenables, montrant l'état exécrable de cet établissement, qui abrite des personnes âgées, abandonnées à leur sort. La ministre de la Solidarité a, certes très vite réagi, en mettant fin aux fonctions du directeur de l'établissement, mais a-t-elle pour autant réussi à convaincre de sa bonne foi?

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha