Accueil |Nationale |

BÉJAÏA

un front social en grogne

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Deux mouvements de protestation ont été mis au goût du jour hier à Béjaïa, motivés par la qualité du cadre de vie et les conditions de travail.

Le quotidien des habitants de Béjaïa a été perturbé par deux fois, hier, par des actions de protestations qui ne diffèrent pas trop des précédentes. Que l'on soit simple citoyen ou travailleur, les conditions de vie et de travail laissent à désirer suscitant la colère qui finit toujours par déborder dans la rue.
Hier, les habitants de la ville de Oued Ghir, à la sortie de la ville de Béjaïa vers la vallée de la Soummam, ont déversé leur colère sur la voie publique, en procédant tôt le matin, à la fermeture de la Route nationale 12 dans les deux sens. Ces citoyens frondeurs revendiquaient l'amélioration de leurs conditions de vie, qu'ils jugent «suffisamment dégradées pour rester inactifs». Pour ce faire, ils imposent à leur tour leur diktat sur d'autres citoyens qui n'ont aucun tort dans le conflit. Pour faire pression sur les pouvoirs publics afin qu'ils procèdent dans les plus brefs délais, à la réfection des routes menant vers leurs habitations, l'installation de la fibre optique et le raccordement de leurs foyers au gaz de ville. Ils ont bloqué l'un des axes routiers les plus importants de la wilaya, contraignant les usagers à faire un détour par la Route nationale 75 par Amizour avec toutes les inconséquences qui en découlent.Au coeur de la ville de Béjaïa, l'entreprise Alcost, spécialisée dans la fabrication de costumes, de chemises et autres textiles, est en crise. Les travailleurs et les travailleuses se sont mis en grève depuis hier matin, bloquant de ce fait toute activité au sein de l'usine. Ces travailleurs veulent eux aussi d'abord l'augmentation de leurs salaires, leur reclassement et l'amélioration des conditions de travail. L'usine Alcost fonctionne actuellement avec approximativement 300 ouvriers. Une partie de sa production servait à la satisfaction des besoins du marché national et l'autre est destinée à l'exportation. La substitution de la production nationale à l'importation, la définition et la mise en oeuvre de programmes de production «Made in Algeria», l'amélioration de la qualité des produits et articles fabriqués selon les standards internationaux, en vue de satisfaire le marché local et de conquérir les marchés extérieurs.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha