Accueil |Nationale |

CHIHEB SEDDIK, PORTE-PAROLE DU RND, À L'EXPRESSION

"Notre confiance est totale en Bouteflika"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le porte-parole du RND est catégorique. Comme il a balayé d'un revers de la main l'option du report de la présidentielle, il annonce dans l'entretien qu'il nous a accordé, que le Président a toujours répondu à l'appel.
Que faut-il y voir? Entretien.

L'Expresion: Vous avez été le premier responsable politique à rejeter l'idée d'un report de la présidentielle. Avec du recul, que vous a inspiré la polémique qui a surgi à la veille de la convocation du corps électoral?
Chiheb Seddik: Le RND se caractérise par sa constance. Nous nous sommes appuyés sur ce que prévoit la Constitution et sur ce que le président de la République a toujours voulu. C'est-à-dire édifier une démocratie apaisée, dans une société homogène, qui exerce son droit de sanction du pouvoir par les urnes. Cela oblige ce dernier au respect de toutes les échéances électorales.
Partant de ces données qui émanent de notre conviction que le chef de l'Etat accorde une importance particulière au respect des institutions de la République, nous étions et nous sommes toujours certains de l'absence d'éléments susceptibles de nous amener à croire que l'élection présidentielle pourrait être reportée.
Dieu merci, la volonté du président, la constance du RND et la clairvoyance de son secrétaire général ont démontré la justesse de notre analyse.
Aujourd'hui, le temps nous a donné raison, après la convocation du corps électoral. L'engouement qui s'en est suivi prouve que notre démocratie se porte bien. Malgré toutes les susceptibilités qui l'entourent, cette démocratie avance doucement, mais sûrement.

Le RND a réitéré son appel au président de la République pour qu'il se présente à l'élection présidentielle. Sur quoi fondez-vous cette position?
D'abord sur ce que nous avons toujours prôné, à savoir la continuité. Nous estimons que nous avons fait un grand pas en matière de stabilisation, de renouveau économique et social. Aujourd'hui, les Algériens ont considérablement amélioré leur niveau de vie. C'est une évidence que personne ne peut nier. Que ce soit dans les réalisations économiques concrètes que sur le plan des indices de développement humain, l'Algérie de 2018 n'a rien à voir avec celle de 1999. Mais nous ne crions pas victoire pour autant, pour la simple raison que cette prospérité se doit d'être consolidée. Nous sentons cette fragilité, car nous avons conscience que le chemin pour parvenir à l'émergence est encore loin. Je ne vous apprends rien en vous disant que dans certains secteurs, il demeure encore quelques efforts à fournir pour consolider l'ensemble de l'édifice social et économique du pays. Nous avons aussi la conviction que la vision du président de la République demeure essentielle et a besoin d'être soutenue. C'est pour cela que nous aspirons à la continuité de la politique du président de la République.

L'absence de tout autre posture de la part de votre parti à quelques semaines du scrutin est-elle un signe de votre conviction que le président de la République répondra positivement à votre sollicitation?
Nous n'avons jamais douté de la volonté du président de la République. Il a toujours répondu à l'appel. C'est l'un de ses traits de caractère. C'est un homme de combat. Il s'est engagé pour la libération du pays à l'âge de 17 ans. Pour ce qui nous concerne, nous avons constaté, au RND, qu'il a conservé cet état d'esprit. En fait, et tous les Algériens l'auront certainement constaté, le chef de l'Etat est un homme de challenge. Même amoindri par la maladie, et le poids de la responsabilité qui lui pèse de plus en plus, il est resté lucide et prêt à relever les défis. D'ailleurs, sa présence à la tête de l'Etat est, à notre sens, un gage de sécurité, mais aussi de sérénité.

Comment défendrez-vous la continuité qui fonde votre soutien à un nouveau mandat pour le président de la République?
Nous prônons la continuité pour les raisons que j'ai citées plus haut, mais sachez que c'est principalement le bilan des quatre mandatures qui plaide en faveur du chef de l'Etat. Qui aurait imaginé au milieu de la décennie 2000 que les cours du pétrole allaient s'effondrer en 2008 et 2014? N'était-ce le paiement anticipé de la dette et la mise en place du Fonds de régulation des recettes, on ne serait peut-être pas là à discuter tranquillement. Vous imaginez bien que si le pays s'en sort avec un taux d'inflation modéré et une croissance positive après plus de quatre années de grave crise financière, c'est précisément grâce aux décisions du président de la République. Et ce n'est pas la seule réalisation. Il a eu la stratégique décision de lancer le plan eau qui a coûté des milliards de dollars, mais a permis de presque décupler la surface du foncier agricole irrigué et sortiir le pays du stress hydrique. Je ne vous parle pas des infrastructures de base et des millions de logements réalisés. Il faudrait beaucoup de temps et d'espace pour énumérer les réalisations des quatre mandatures, mais retenons une vision prospective qui a permis au pays de tenir bon en pleine crise financière. Pour répondre à votre question, ne vous inquiétez pas, le moment venu, il ne sera pas difficile d'expliquer aux citoyens les réalisations du Président. Ils le vivent au quotidien.

L'Alliance présidentielle donne l'impression de manquer d'esprit d'offensive, en ce sens qu'aucune instance électorale n'a été installée. Pensez-vous avoir assez de temps pour mener une campagne efficace?
Tout à fait. Nous avons les moyens de mener une campagne correcte et efficace. D'ailleurs, l'Alliance se réunit régulièrement. Il y a une coordination permanente au niveau des premiers dirigeants. L'Alliance est prête à passer à l'action. Au-delà de ce qui peut être interprété comme un manque d'offensive, c'est en réalité de l'assurance et de la stabilité. Nous attendons que le président déclare lui-même sa candidature, pour passer à une étape plus active. Ne vous en faites pas, le moment venu nous saurons être très visibles. Il n'y aura pas de miracle à cela. Les structures de l'Alliance sont celles des partis qui la composent et nous sommes présents dans les 48 wilayas.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha