Accueil |Nationale |

LES ANCIENS ÉLUS DU FLN À PARTIR D'ORAN

"Bouteflika est notre candidat"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Cette rencontre est une véritable démonstration de forceCette rencontre est une véritable démonstration de force

«Avec leur expérience, leur savoir-faire et leurs réseaux, ces élus sont les soldats du président, postés dans chaque wilaya, chaque commune et chaque douar à travers le pays», souligne, fier, Bedda.

La grande salle de l'hôtel Le Méridien d'Oran était dans ses grands jours, hier, en accueillant plus de 1 500 anciens élus du FLN. C'est devant ce parterre de choix que le président de l'Association des anciens élus du FLN a prononcé un discours très applaudi, notamment quand il a lancé son appel au président Bouteflika à briguer un autre mandat. «En votre nom, vous qui êtes fidèles au FLN, nous appelons le président Bouteflika à se porter candidat à la prochaine élection présidentielle», a déclaré le ministre des Relations avec le Parlement et président de cette association, Mahdjoub Bedda. «Nous ne sommes pas de ceux qui changent de position au gré de la direction du vent ni de ceux qui cèdent au doute. Notre position est claire, nous sommes pour la poursuite du processus d'édification, de la renaissance, de la paix et de la stabilité. Nous sommes avec le moudjahid Abdelaziz Bouteflika», a-t-il tranché. Et d'ajouter: «Nous avons été des soldats, lors des élections précédentes et nous lui demeurerons fidèles. Nous prouverons au président Bouteflika qu'il y a des hommes et des femmes engagés pour la continuité, l'unité nationale et la dignité de notre peuple. Nous avons plus que jamais besoin de stabilité.»
Cette rencontre, qui intervient après celle d'Alger, Laghouat, Sétif, Annaba, Relizane et Blida, est une autre véritable démonstration de force de cette association à qui l'on prête désormais la plus grande attention. A chaque fois le même engouement, la même ferveur qui est de faire participer des partis politiques aux assises puissantes à travers le pays. A cela, Bedda en est très conscient. Il n'est pas question de heurter la sensibilité ni de brouter dans le pré politique des partis et surtout pas celui du FLN. Notre association n'est pas un remplaçant d'un parti ou de quelque autre organisation. Il s'agit de rassembler les cadres et les compétences nationales, les anciens élus dans l'unique but de servir l'Etat. «Avec leur expérience, leur savoir-faire et leurs réseaux, ces élus sont les soldats du président, postés dans chaque wilaya, chaque commune et chaque douar à travers le pays» a affirmé Bedda.
Il est facile de se ménager un poste de manager, un poste d'observateur dont la neutralité protégerait le confort et s'investir dans l'attente... «Ce n'est pas notre philosophie» soutient Bedda, affirmant que son association a décidé d'investir le terrain et de rassembler les énergies du parti. Cet espace se veut rassembleur, ouvert à tous les anciens élus du parti, sans distinction et sans exclusion, mais il a un seul préalable, indiscutable, qui est «la fidélité au président Bouteflika». D'ailleurs, outre les élus des différentes assemblées locales, cadres et anciens ministres, le rassemblement d'hier a été rehaussé par la présence de plusieurs personnalités politiques ayant marqué le FLN de ce troisième millénaire, dont principalement des ex-ministres comme Rachid Harraoubia, Rachid Benaïssa et l'actuelle ministre de la Solidarité Ghania Eddalia. L'ex-ministre des Transports, Amar Tou, a, d'ailleurs, volé la vedette à tant de présents, après s'être éclipsé des devants de la scène politique pendant de longues années. Il est, désormais, clair que le Front de Libération nationale est, d'ores et déjà, prêt à se lancer dans la bataille de l'élection présidentielle, prévue pour le printemps de l'année en cours. Une bataille qui s'annonce, d'emblée, rude, vu le nombre important de prétendants ayant retiré les documents leur donnant accès à la candidature pour les joutes d'avril. Mahdjoub Bedda ne voit pas du mauvais oeil cette concurrence qui s'affiche, à l'avance, accrue. D'ailleurs, il ne sous-estime aucun candidat, expliquant que «nous respectons tous les postulants». Mais, a-t-il ajouté, «notre partie est prise au profit de notre candidat», allusion faite, à l'avance, à Bouteflika, alors que ce dernier n'a pas encore dit son dernier mot. Son retour est, selon des connaisseurs des rouages politiques locaux, synonyme de sa préparation pour se lancer dans une nouvelle dynamique «Flniste» au profit du candidat Bouteflika. Avec un pareil succès, «Bouteflika peut compter sur notre mobilisation», a clamé avec fierté Bedda.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha