Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

DE LA PRÉSIDENTIELLE DE 1999 À CELLE DE 2014

Ces candidats-surprises

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La présidentielle de 2009 aura été celle qui a permis à beaucoup de candidats «inattendus» de réussir le cap de la collecte des signatures.

Sur les 153 postulants à la candidature à l'élection présidentielle enregistrés par les services du ministère de l'Intérieur, 14 sont chefs de parti. En exceptant les leaders les plus en vue de la scène partisane, à l'image de Ali Benflis et Abderrezak Makri, il reste une douzaine de chefs de petits partis. Dans le lot, on retrouve des habitués des rendez-vous électoraux. Belaïd Abdelaziz et Faouzi Rebaïne sont les plus visibles. Mais il est également d'autres prétendants à l'image de Adoul Mahfoud du Parti de la victoire nationale ou encore Ali Zeghdoud du Rassemblement algérien, qui postulent à la candidature. Beaucoup d'inconnus au bataillon, comme à chaque élection présidentielle, se bousculent au portillon et dont on ne donne aucune chance de passer la trappe de la collecte des signatures nécessaires pour la validation du dossier de candidature. Mais tous les rendez-vous de la présidentielle ont fait sortir du lot, à chaque fois, quelques candidats-surprises.
Lors de l'élection de 1999 qui a vu la participation de tous les poids lourds de la scène politique de l'époque, très peu d'Algériens misaient sur la capacité de Mokdad Sifi et Youcef El Khatib de réunir un nombre suffisant de parrainages. Ils ont poussé la porte de la candidature aux côtés de personnalités très médiatisées et disposant de soutiens colossaux. Faut-il rappeler que ces deux se sont mesurés à Abdelaziz Bouteflika, Hocine Ait Ahmed, Abdellah Djaballah, Ahmed Taleb Ibrahimi et Mouloud Hamrouche. Sifi et El Khatib n'ont pas renouvelé l'expérience à la présidentielle de 2004. Cette dernière était également relevée, puisque face à Bouteflika, s'étaient alignés Ali Benflis, Abdellah Djaballah, Saïd Sadi et Louisa Hanoune. Mais cela n'a pas empêché un inconnu de figurer dans le gotha des présidentiables. Il s'agissait, à l'époque, de Ali Faouzi Rebaïne, président de Ahd 54. Désormais habitué à la joute électorale, le même Rebaïne renouvelle l'exploit dans l'élection de 2009 et parvient à passer le cap du Conseil constitutionnel. Il s'est aligné aux côtés de Abdelaziz Bouteflika et Louisa Hanoune.
La présidentielle de 2009 aura été celle qui a permis à beaucoup de candidats «inattendus» de réussir le cap de la collecte des signatures. Mohamed Saïd, Moussa Touati et Djahid Younsi ont concouru pour la magistrature suprême du pays. Le dernier rendez-vous de la présidentielle, celui de 2014, a fait émerger un candidat que l'on n'attendait pas forcément. Abdelaziz Belaïd, président du Front El Moustakbel, aura été la surprise que peu d'observateurs attendaient à ce niveau du parcours politique. L'étonnement ne s'est pas arrêté à la simple candidature, puisqu'il a réussi à prendre la troisième place et ravir la vedette à Louisa Hanoune qui, elle aussi, s'est mesurée à Abdelaziz Bouteflika et Ali Benflis. A côté de ces candidats, les désormais habitués de la présidentielle, Moussa Touati et Ali Faouzi Rebaïne ont marqué leur présence. Pour la prochaine échéance du 18 avril prochain, à l'exception de Louisa Hanoune et Abdelaziz Bouteflika qui ne se sont pas encore décidés, tous les autres prétendants ont déjà fait connaître leurs intentions. Aura-t-on une surprise pour la cuvée 2019 de la présidentielle.?

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha