Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

TENUE D'UNE CONFÉRENCE NATIONALE

Une offre présidentielle

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Réunir alliés et opposants dans une même conférence et autour d'un même objectif, à savoir les intérêts suprêmes de l'Algérie, serait là, la plus grande réalisation du candidat Bouteflika. Il garantira ainsi, sans aucun doute, la paix et la stabilité du pays et pour longtemps.

Dans son message à la nation, le président de la République, qui est depuis hier officiellement candidat à la candidature à la présidentielle du 18 avril prochain, tente de brasser large.
Le chef de l'Etat qui s'est toujours présenté comme candidat libre, n'aspire pas à avoir uniquement le soutien des partis de l'Alliance et de leurs appendices ni seulement des organisations de masse et autres associations, déjà connues pour leur appui au président Bouteflika. Ce dernier cherche une large élection populaire et un consensus national. Il veut créer l'adhésion pleine autour de sa candidature et avoir une approbation même de ses opposants pour briguer son nouveau mandat. En s'engageant à organiser, dès son élection, une conférence nationale consacrée à la concrétisation du consensus sur les réformes et les changements en Algérie, le candidat Bouteflika s'inscrit dans une option chère à certains partis de l'opposition. Il assure inviter toutes les forces politiques, économiques et sociales de la Nation à cette conférence pour aller plus loin dans la construction du devenir du pays et lui permettre de se développer dans la paix et la prospérité. N'est-ce pas là répondre à l'attente de plusieurs formations politiques? Abderrezak Makri, le président du MSP, ne s'est-il pas égosillé en tentant de vendre son initiative d'une conférence nationale de consensus? Louisa Hanoune n'a-t-elle pas toujours bataillé pour une Constituante, seule voie, selon la secrétaire générale du PT, «pour réunir les conditions politiques nécessaires à l'instauration d'une véritable démocratie, la préservation de l'unité nationale et l'édification d'institutions fortes»? N'y a-t-il pas de grandes similitudes entre la Constituante de Louisa Hanoune qui, en rassemblant toutes les forces politiques, sera à même de consacrer la souveraineté du peuple et de définir ses institutions, dans la forme et le fond, et la conférence nationale à laquelle appelle le président-candidat qui veut également réunir toutes les forces politiques, économiques et sociales de la Nation pour concrétiser un consensus sur les réformes et les changements? Même le FFS a appelé à la construction d'un consensus national.
La proposition du président Bouteflika pourrait-elle le séduire? En fait, Abdelaziz Bouteflika n'est pas un «rêveur» et sait parfaitement que son appel ne va pas amener ses rivaux dans la course à El Mouradia à rejoindre le rang pour applaudir son élection au prochain scrutin. Mais avec une telle offre, il peut toutefois espérer freiner leur offensive durant la campagne électorale car une telle proposition invite à méditer, mais surtout espérer, une fois l'élection présidentielle terminée, les ramener à s'asseoir autour de la même table pour réussir le consensus. Ce serait là la plus grande réalisation de Bouteflika. Réunir alliés et opposants dans une même conférence et autour d'un même objectif, à savoir les intérêts suprêmes de l'Algérie, va, sans aucun doute, garantir la paix et la stabilité du pays et pour longtemps.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha