Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

NOUVELLES RÉFORMES DANS LE SECTEUR DE LA JUSTICE

La corruption en ligne de mire

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a indiqué que son secteur connaîtra sûrement de nouvelles réformes complémentaires à celles déjà engagées, «en matière de lutte contre toutes formes de corruption».

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a défini, hier, le rôle de la justice dans la garantie de la crédibilité de l'élection présidentielle à venir. Lors de son intervention dans l'émission radiophonique le Forum de la radio Chaîne 1, il a tenu à souligner en premier lieu, que chaque élection d'une quelconque nature a de tout temps été émaillée par des méthodes non conformes à l'éthique et de facto à la loi. Son secteur, dit-il, connaîtra sûrement de nouvelles réformes complémentaires à celles déjà engagées par le pouvoir en place, «en matière de lutte contre toutes formes de corruption». «La feuille de route tracée par le président Abdelaziz Bouteflika suit justement cette ligne directrice», a-t-il indiqué. S'étalant sur les prérogatives des acteurs de la justice dans le processus électoral, Tayeb Louh a expliqué que «les magistrats y jouent un rôle d'une très haute importance». Il a dans ce sens fait état de l'existence de près de 1541 juges, chargés de la supervision des commissions électives administratives. «Ces jours-ci, celles-ci se sont employées à la révision des listes électorales», fait-il savoir. Tayeb Louh rappelle à ce propos que le délai de révision de ces listes est arrivé à terme hier. Parlant de la phase de l'étude des recours pour les personnes qui estiment avoir été victimes d'injustice, «il y a eu possibilité d'introduire des recours sur une période s'étalant sur cinq jours». Il ajoute que dans le cas où les rapports ressortis de ces recours ne répondent pas aux réclamations du demandeur, là encore il lui est possible de reconduire l'opération de recours devant la justice. Abordant l'axe de la lutte contre la corruption, Tayeb Louh a mis l'accent sur l'importance accordée à ce volet, «comme mentionné dans la dernière lettre du président de la République». Il enchaîne en affirmant que le secteur a, dans son optique, «l'appui et le soutien aux institutions habilitées dans la lutte contre ce fléau». Selon lui, il est important de réconcilier le peuple avec les institutions étatiques, car à même d'établir une certaine «sérénité» dans la société. L'intervenant a assuré que de nouvelles réformes seront appliquées en cas de réélection de Abdelaziz Bouteflika, dans son secteur. «Il s'agit par là, d'introduire de nouveaux textes inhérents au renforcement de la protection des témoins ayant signalé une tentative liée à la corruption». Et ce, à côté du fait d'affermir le soutien aux entités qui luttent contre ce genre de pratiques, avec la participation de toute la société civile. Pour appuyer ses propos, Tayeb Louh évoque que ces mesures sont énoncées dans le nouveau projet de loi, lequel a été soumis récemment à l'Assemblée populaire nationale (APN). Il se dit optimiste quant à la consécration des réformes de lutte contre la généralisation de la corruption. Cela s'est traduit d'après lui, à travers l'utilisation de mécanismes légaux. Le responsable du secteur a, en outre, soutenu que les mutations prévues au niveau du département de la justice en Algérie reposeront sur les principes «d'équité et de justice pour tous». Il a estimé dans ce sens, que la justice fiscale par exemple est «chose importante dans une société», rappelant que la problématique qui y est liée est présente dans tous les pays. Il préconise ainsi une réforme fiscale et bancaire pour «impulser le développement économique et par conséquent générer de la richesse et de la main-d'oeuvre». Tayeb Louh a par ailleurs, indiqué que «le programme du président de la République est clair et bien défini sur les réformes qu'il compte initier». Il a enfin assuré que lesdites réformes seront soutenues par des textes de loi. «Ce qui se précisera davantage lors de la tenue de la conférence nationale», laquelle précise-t-il abordera différents axes, et où il sera possible d'émettre des propositions censées enrichir la Constitution. Tayeb Louh prévient toutefois, que toutes les propositions de modification seront les bienvenues à condition de ne pas toucher aux «constantes de la République».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha