Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Nationale |

LA RÉCONCILIATION NATIONALE, PRINCIPALE RÉALISATION DE BOUTEFLIKA

C'était l'Adieu aux larmes

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
la Réconciliation nationale où le mot solidarité trouve tout son sensla Réconciliation nationale où le mot solidarité trouve tout son sens

On aura beau sérier les exemples de réconciliation de par le monde, on ne trouvera pas une nation qui a donné à ce principe la dimension qui est la sienne en Algérie.

Dans la Déclaration de politique générale que présentera le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, lundi prochain en séance plénière devant les députés de l'APN, une seule et unique réalisation qui supplante toutes les autres. Les réformes, les constructions de logements, plus de 4 millions, le maintien des transferts sociaux malgré la grave crise pétrolière, les barrages, les routes, les ports et aéroports, l'évolution des indicateurs du développement humain (les taux de scolarisation, l'accès à l'eau potable, aux réseaux d'assainissement, à l'électricité proches de 100%), de même que le remboursement par anticipation de plus de 25 milliards de dollars de dettes et toutes les autres réformes ne valent rien, ou peu, devant l'immense projet de Réconciliation nationale. Sur ce chapitre, il faut dire que l'argumentaire de Ahmed Ouyahia devant les députés sera plus que du béton... Rappelons-nous en 1999, le terrorisme qui avait un pied à terre était toujours nuisible et on se battait encore aux portes d'Alger. Le pays sortait péniblement d'une terrible décennie. Des dizaines de milliers de morts. Des villages entiers abandonnés par leurs habitants, une société désorientée par l'extrême violence terroriste. Dans le tas, il y avait des politiciens, des idéologues, des théoriciens du chaos, mais aussi de véritables sanguinaires, sans foi ni loi. Durant toute la décennie des années 90, le pays était livré à des énergumènes qui avaient trouvé dans l'interprétation tronquée de la religion, matière à assouvir un désir insatiable de crimes. Les terroristes du GIA, à l'image de leurs descendants de Daesh, avaient tout fait en matière d'horreur. Ils ont infligé au corps social une blessure indélébile. C'était la sa folie meurtrière. L'écolier, l'étudiant, l'enseignant, le pompier, le policier, le militaire, toutes les catégories sociales ont tenu et rendu coup sur coup, chacune dans son domaine. Le terrorisme a été vaincu, mais a laissé des séquelles. En effet, les rancunes étaient encore là, les extrêmes s'exprimaient toujours. La sécurité revenait petit à petit, mais la paix telle que la décrivait le président de la République n'était pas encore une réalité quotidienne. La paix, c'est bien plus qu'une victoire militaire, c'est un consensus social et politique à construire. Le premier acte a été la Concorde civile. Le peuple y a adhéré, beaucoup de terroristes ont abandonné la voie violente et sont retournés dans leurs familles. Les Algériens ont compris le sens de l'appel du président. Ils ont compris qu'il ne servait à rien de nourrir les haines et les ressentiments. Ils ont un pays à construire collectivement et chacun, sa vie à vivre. Le processus a pris racine et les citoyens ont pu apprécier la valeur de l'offre politique de Bouteflika. Les citoyens de toute obédience, du démocrate à l'islamiste en passant par le nationaliste, ont admis le bien-fondé de la démarche et se sont tous ligués contre les irréductibles. La violence politique venait de perdre toute légitimité. Les terroristes n'étaient ni «khaoua», ni moudjahidine, mais de vulgaires criminels aux yeux de l'ensemble de la communauté nationale. Une première grande victoire politique de toute une société qui a totalement isolé le discours extrémiste. Le chemin de l'Algérie vers sa Réconciliation nationale était donc balisé et il suffisait d'une autre initiative forte pour rendre irréversible le désir de paix de l'ensemble des Algériens. Cette initiative, historique est venue le 29 septembre 2005. A cette date le peuple a voté «oui» pour la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale. Plus qu'un texte énonçant une série de mesures en faveur de toutes les victimes de la tragédie nationale, la Réconciliation nationale se veut un principe constant sur lequel repose toute une philosophie d'Etat. Le président de la République, qui fait systématiquement référence à la Réconciliation nationale dans toutes ses interventions publiques, est certainement le premier Algérien à avoir pris conscience de l'immensité de ce qui a été réalisé par la société quelques années, après un terrible traumatisme. Trouver la force d'une entente sociale, aussi parfaite, après tout ce qui a été vécu, traduit une détermination hors du commun de tout un peuple. Celui-ci a puisé dans ses ressources les plus profondes pour remonter à la surface et reprendre les tâches de développement national. On aura beau sérier les exemples de réconciliation de par le monde, on ne trouvera pas une nation qui a donné à ce principe la dimension qui est la sienne en Algérie. Et pour cause, la Réconciliation nationale ce n'est pas seulement tourner la page de la violence, mais surtout en ouvrir d'autres, plein d'autres où le mot solidarité trouve tout son sens.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha