Accueil |Nationale |

MARCHES POUR LE CHANGEMENT ET FORMATIONS POLITIQUES

La cassure!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Certains de ses responsables ont carrément été conspuésCertains de ses responsables ont carrément été conspués

La classe politique dans sa majorité en a eu pour son grade, certains de ses responsables ont carrément été conspués alors que d'autres ont été ignorés.

Le mouvement de protestation pacifique qui a signé son acte de naissance le 22 février est un véritable tsunami. En attendant qu'il fasse place nette, il augure déjà d'une nouvelle distribution des cartes. Le train de tous les espoirs avance à une vitesse supersonique qu'il est pratiquement impossible de le prendre en marche. La classe politique dans sa majorité, au pouvoir ou dans l'opposition, vient de l'apprendre à ses dépens. Elle en a eu pour son grade. Certains de ses responsables ont carrément été conspués alors que d'autres ont été ignorés. De Louisa Hanoune, pourtant rompue à ce genre d'exercice, Moussa Touati, Rachid Nekkaz, Ali Benflis, Mohcine Belabbas... ont connu des fortunes diverses. Les uns ont été chahutés, chassés de ces marches pacifiques qu'ils pensaient certainement pouvoir capitaliser en vue de l'élection présidentielle soit pour y être candidat soit pour la bouder, les autres ont dû se fondre dans la foule, à défaut sortir des rangs. De ceux qui font l'événement. De cette jeunesse qui donne de la voix et que l'on peut chiffrer en millions, même en l'absence de statistiques officielles fiables. Pas de «starisation» de personnalité fusse-t-elle la plus en vue. Le dernier mot est revenu à tous ces marcheurs pacifiques, porte-voix de tout un peuple, qui ont fait preuve d'une maturité et d'un civisme jusque-là insoupçonnés. Ils ont suscité une admiration exceptionnelle, saluée par la presse nationale, internationale et les capitales d'un monde, qui semblent tout juste découvrir les qualités d'un pays, de son peuple souvent injustement caricaturé, voire même diabolisé. Ce que nos femmes et nos hommes politiques n'ont jamais réussi à valoriser, beaucoup plus enclins à des discours visant à critiquer à tout bout de champ l'action des gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays. Une démarche qui n'a pas abouti à faire bouger les lignes et surtout ne pas coller aux aspirations refoulées, contenues par une jeunesse avide de bien-être, de liberté et qui n'a pour seul fol espoir que de construire son avenir dans son propre pays. Dès lors, la cassure est nette entre une classe politique qui donnait l'impression d'être plongée dans un autisme caractérisé, qui ne pouvait percevoir le moindre indice d'une colère qui couvait en elle et un mouvement de protestation exceptionnel, historique, qui s'est donné pour «mission» de «corriger» toutes les errances cumulées depuis l'indépendance. Des rigidités qui ont cadenassé l'Algérie, qui dispose de ressources et de richesses exceptionnelles, et qui l'ont empêchée de faire ce saut pourtant franchissable pour accéder au rang de pays émergent pour ne pas dire développé, avec comme socle une démocratie, une liberté d'expression, une justice sociale affirmées. C'est ce à quoi rêvent et aspirent les jeunes Algériens qui ont battu le pavé, autant de frustrations, de promesses non tenues vécues par les générations qui les ont précédés et qui comme un seul homme ont fusionné avec cet élan, ces cris qui en ont fait état. Ils étaient des millions à scander un changement radical. Ce qui interpelle au plus haut point une classe politique surprise, prise de court par un raz de marée d'une ampleur probablement inégalée depuis l'accession de l'Algérie à son indépendance. Son examen de conscience s'impose. Ces marches pacifiques portent en leur sein un message qui met à nu ses défaillances qui illustrent tout le décalage, le fossé qui existent entre une génération décidée à chasser les nuages qui assombrissent son avenir et des responsables de partis politiques figés dans des considérations purement idéologiques. La balle est désormais dans leur camp. Parviendront-ils à capter ces voix intraitables? Cela sera une sacrée paire de manches!

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha