Accueil |Nationale |

BEJAÏA

Ils récidivent

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Sur fond de chants, de cris et surtout de joieSur fond de chants, de cris et surtout de joie

Pour le deuxième mardi consécutif, les étudiants de l'université Abderahmane-Mira de Béjaïa sont descendus dans la rue, accompagnés, cette fois-ci, de leurs enseignants.

Béjaïa n'a pas dérogé à la règle. Hier encore elle a été le théâtre d'une grande manifestation de rue, qui s'inscrit dans le large mouvement de protestation du 5e mandat et pour le changement de régime, qui touche l'ensemble du pays. Avec les mêmes slogans, brandis ou criés à tue-tête, les étudiantes et les étudiants étaient des milliers à battre le pavé des boulevards qui séparent le campus de Targa Ouzemour et le siège de la wilaya. Organisés en plusieurs carrés, les manifestants ont réitéré les revendications que l'ensemble des manifestants à travers le pays ont exprimées depuis le 22 février. Sur fond de chants, de cris et surtout de joie, les étudiants de l'université de Béjaïa ont fait honneur à la réputation de la région, bastion des luttes démocratiques et pour la liberté. «Non au 5e mandat», «pour une Algérie libre et démocratique», «les étudiants pour le changement»; ce sont là quelques slogans soulevés, hier, par des milliers de gorges dans une manifestation qui se singularise encore une fois par sa maturité et son pacifisme. Du campus Targa Ouzemour jusqu'au siège de la wilaya et par la suite jusqu'au théâtre régional de Béjaïa, les milliers d'étudiants ont marché pour «l'Algérie de demain», celle de «la liberté, du plein emploi et de l'envie de vivre». «Nous marchons pour qu'il n'y ait plus de harraga afin que les jeunes Algériens puissent vivre en paix chez eux, à travailler et fonder leurs familles», soutient un étudiant un espoir largement partagé hier et depuis quelques jours par les milliers d'Algériens sortis dans la rue depuis le début de la crise.
Dans la matinée ce sont les lycéens qui ont déserté leurs établissements pour, eux, aussi exprimer leur ras-le-bol de la situation qui perdure durant des années. Les lycéens du lycée Ibn Sina et ceux des autres lycées comme le polyvalent, Annani, se sont donné rendez-vous devant le siège de la wilaya, tôt dans la matinée après de longues marches reprenant les slogans de leurs aînés dans un climat marqué par une sérénité et une vigilance à toute épreuve.
Une journée particulière à Béjaïa. Une journée printanière faite de manifestations au pluriel avec les mêmes slogans. Tous veulent une Algérie de fraternité, du développement et du bon vivre. Aucun incident ne s'est produit. La marche continue pour un «avenir et un devenir meilleur».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha