Accueil |Nationale |

EXPORTATION DE L'ÉLECTRICITÉ

Le marché libyen intéresse l'Algérie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Signature du protocole entre les deux partiesSignature du protocole entre les deux parties

Le ministre de l'Energie, Mustapha, Guitouni, a annoncé hier que l'Algérie prospecte pour exporter de l'électricité vers la Libye.

Le ministre s'exprimait en marge de la signature d'un protocole d'accord entre le groupe Sonelgaz et la société libyenne General Electricity Company Of Lybia (Gecol) portant sur une «coopération durable» dans la production de l'électricité en Libye. «L'Algérie et la Libye sont liées par des liens de fraternité exceptionnels, des liens que nous tenons à renforcer en continu de façon à servir les intérêts des peuples des deux pays (...). Notre volonté est sincère pour renforcer la coopération bilatérale et travailler ensemble pour développer nos relations économiques dans le domaine de l'énergie à travers des projets de partenariat», a affirmé Guitouni. «C'est dans ce sens que nous travaillons pour exporter de l'énergie électrique vers la Libye», a-t-il poursuivi. Le protocole signé entre les deux sociétés permettra, selon le ministre, de renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine de l'énergie. Selon lui, l'accord, à long terme, permet aux filiales de Sonelgaz de fournir leurs prestations à Gecol dans tous les domaines liés à la production de l'électricité. Il s'agit, notamment a-t-il poursuivi, de la maintenance et le développement des centrales électriques, la fourniture des équipements, la participation dans l'assemblage de nouvelles centrales, la formation des travailleurs des centrales relevant de Gecol, mais aussi la contribution directe dans l'exécution de projets de centrales électriques. De son côté, le P-DG de Sonelgaz, Mohamed Arkab, a précisé que la coopération bilatérale prévue dans ce cadre devrait commencer par la formation des cadres et travailleurs de Gecol par les cadres des filiales de Sonelgaz et la maintenance des centrales libyennes en activité, avant de passer à la seconde étape portant sur l'investissement direct dans la production. «Ca fait une année et demie que nous sommes en train de négocier avec notre partenaire libyen pour créer ensemble un partenariat dans la production de l'électricité en Libye et surtout pour ce qui concerne la maintenance, la réparation de la pièce de rechange, dont les pièces nobles dans les turbines à gaz et turbines à vapeur et aussi la mise en service de centrales électriques», a-t-il détaillé. Toutes ces chaines de valeur «sont maîtrisées par le groupe Sonelgaz à travers ses sociétés. Le but recherché avec nos frères libyens est de mettre en place un partenariat gagnant-gagnant qui va nous permettre aussi de transférer notre technologie. Nous allons commencer par la formation et la maintenance. Ensuite nous allons passer vers d'autres horizons tel que la réalisation des centrales, la réalisation de réseaux de haute tension et de très haute tension ainsi que la distribution de l'énergie électrique», a-t-il poursuivi. Ainsi, Sonelgaz pourrait investir dans la réalisation de centrales combinées et de centrales rapides réalisables sur un mois ou 45 jours, pour répondre à des besoins urgents en Libye, selon Mohamed Arkab. Interrogé pour savoir si la situation sécuritaire dans ce pays voisin ne rendait pas difficile un tel partenariat, il a répondu par la négation. «La situation sécuritaire (en Libye) est bien étudiée, nous travaillons dans le cadre de la coordination existant entre les deux pays, a-t-il dit. Quant aux montants qui y seront investis, le premier responsable de la Sonelgaz a estimé qu'il était «encore prématuré de parler de montants. Nous allons commencer par un premier contrat dans la maintenance dont le montant sera connu prochainement.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha