Accueil |Nationale |

CHEMS EDDINE CHITOUR COMMENTE LA PROTESTATION

"L'Algérie doit changer de logiciel"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
professeur à l'Ecole polytechnique d'Algerprofesseur à l'Ecole polytechnique d'Alger

Le professeur de l'Ecole polytechnique d'Alger, plaide pour une politique inclusive, qui consisterait à impliquer les citoyens dans la prise de décisions cruciales, inhérentes à l'avenir de l'Algérie.

Les récents événements liés à la protestation contre le cinquième mandat de Bouteflika ont été commentés hier, par le professeur, à l'Ecole polytechnique d'Alger, Chems Eddine Chitour en marge de son intervention à la Radio Chaîne 3.
Revenant sur les marches pacifiques organisées par les citoyens de tous âges et plus particulièrement les jeunes, l'intervenant voit aujourd'hui la nécessité, voire l'urgence de «changer de paradigme».
D'après lui, cette déferlante de contestation révèle les volontés «refoulées» d'un peuple qui a trop souvent été mis à l'écart quant à prendre sa destinée en main.
Le professeur relève que ce qui se passe en ce moment est «exceptionnel», dans la mesure où la conscience politique de nos concitoyens a été démontrée à travers une révolte pacifique et non moins volubile. Toutefois, dit-il, il est temps de faire le point sur la situation. Le gouvernement doit à tout prix prendre en compte les revendications du peuple».
Sur cette ligne, Chems Eddine Chitour estime que cette révolte n'est que le contrecoup de l'usage, de la part du régime, de méthodes de gestion du pays qui sont incontestablement «caduques et dépassées pour le XXIe siècle».
Pour lui, le gouvernement n'a «jamais su communiquer avec les jeunes et de ce fait répondre à leurs besoins croissants». Ce dernier a en outre déploré le fait que dans le domaine social, aucune richesse n'a été créée, et ce bien qu'on ait construit plus de quatre millions de logements et que nos universités comptent plus de 1 million et demi d'étudiants...Car, l'aspect qualitatif n'a pas accompagné toutes ces réalisations.
De ce fait, Chems Eddine Chitour plaide pour une politique inclusive, qui consisterait à impliquer les citoyens dans la prise de décisions cruciales, inhérentes à l'avenir de l'Algérie.
Celui-ci juge encore qu'il ne suffit pas de dire au peuple «je vous ai compris» pour pouvoir passer à autre chose. Encore faut-il traduire cette volonté dans les faits, en passant par des réformes susceptibles d'aboutir concrètement à une 2ème République.
Aujourd'hui poursuit-il, les aspirations de cette jeunesse portent sur de réelles perspectives de changement.
Par ailleurs, Chems Eddine Chitour tient à avertir contre toutes ingérences étrangères qui profiteraient de la situation pour s'immiscer dans la région du pays.
Le civisme dont ont fait preuve les citoyens pour crier leurs doléances est salutaire, par conséquent «nous n'avons rien à envier aux autres peuples», appuie-t-il. Cela prouve d'une part, que les Algériens ont beaucoup mûri politiquement, et que d'autre part, ils n'ont besoin que de leurs semblables pour mener à bien leur projet d'asseoir une République naissante.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha